De passage à Dakhla au sud du Maroc, connue mondialement comme étant la mecque du kitesurf, je me suis donné comme objectif d’apprendre à naviguer sur les vagues en kite… en 4 jours… C’est un objectif ambitieux mais je me suis préparé mentalement à galérer et à réussir. Apprendre le kitesurf à Dakhla: Mission accompli ou gros fail?

Le Défi: Apprendre le kitesurf à Dakhla en 4 jours top chrono

J’ai toujours été un fervent amateur de sports de glisse. Au Québec, je bravait les -30° de l’hiver canadien pour dévaler les pentes enneigées en snowboard. L’été, c’est sur une planche de wakeboard que je recevait ma dose d’adrenaline. Je suis même passé par la phase skateboard, casquette à l’envers et bermudas trop grands étant ado (j’assume j’assume). Alors lorsque l’occasion s’est présenté de voyager à Dakhla, l’eldorado du kitesurf au Maroc, je me suis lancé le défi d’apprendre (à 36 ans) ce nouveau sport de glisse qui me fascine. En me lançant ce défi, j’espérais juste que ma mémoire musculaire soit plus aiguisée que ma mémoire des noms ou celles des lieux qu’on visite (oui j’ai une mémoire de poisson rouge). C’est parti pour un stage de 4 jours de kitesurf à Dakhla !

Dakhla: Là où le vent souffle toute l’année

Il existe très peu de destinations dans le monde bénies par Eole qui jouissent de vents constants, d’un temps au beau fixe, et d’une eau à 25° quasiment tout au long de l’année, en plus d’offrir un cadre enchanteur: Dakhla en fait partie. Ce sont ces conditions optimale qui en font une destination de choix pour les amoureux de sports nautiques, particulièrement les kitesurfers (et wannabe kitesurfer comme moi), au point d’accueillir, chaque année, une étape des championnats du monde de kitesurf. Dakhla, la rencontre du Sahara occidental avec la côte atlantique, est un spot qui fait rêver. Kite ou pas kite, c’est une destination à découvrir ABSOLUMENT. Si vous ne connaissez pas, Nadia va vous donner l’eau à la bouche dans son prochain article. À lire: Glamping et Kitesurfing à Dakhla: On adopte la Dakhla Attitude !

Le kitesurf pour les nuls

Le kitesurf, c’est quoi au juste? C’est du surf avec un kite (cerf volant en anglais). Fastoche ! Appelé aussi Flysurf ou simplement Kite, c’est un sport nautique de traction qui consiste à glisser sur une planche qui ressemble à une planche de wake, tout en étant tiré par un cerf-volant, également appelé aile. Il s’agit donc d’apprivoiser deux éléments de la nature simultanément: l’eau et le vent. Pas si fastoche que ça! Pour apprendre à naviguer en kitesurf, il faut prévoir au moins 12h de cours avec un moniteur qualifié et pédagogue. Donc en théorie en 4 jours, on devrait être capable de sortir ses fesses de l’eau à raison de 3 à 4h de pratique par jour.

 

Mon stage de kitesurf à Dakhla décortiqué

Débuter et apprendre le kitesurf n’est pas, contrairement aux idées reçues, réservé aux musclors casse-cou qui n’ont pas froid aux yeux. Malgré les apparences, ça reste un sport accessible à tous qui requiert de l’endurance et de la persévérance (beaucoup de persévérance) plutôt que des muscles. Un harnais accroché à la taille s’assure de tirer le kite avec le poids de tous le corps, et on utilise uniquement ses bras pour le diriger. D’ailleurs, ce sont vos pauvres abdos qui vont souffrir les courbatures les plus intenses. Bien entendu, quelqu’un en excellente forme physique va certainement apprendre plus rapidement qu’un « couch potatoe ». Ceci-dit, tout le monde est capable d’apprendre, j’en suis la preuve vivante. Attendez vous quand même à bien galérer durant les premières sessions de cours. Vous êtes donc prévenus… Toujours motivés ? Voici un pas à pas de mon stage de kitesurf à Dakhla.

Kitesurf Séance 1: Manipulation d’un kite sur le sable

On commence l’apprentissage sur le sable avec un trainer kite, une petite aile de traction qui est en fait un gros cerf volant attaché au corp avec un harnais. il faut impérativement apprendre à contrôler cette aile sur terre avant de pouvoir partir à l’assaut des vagues. Comme en parapente, on commence par apprendre les règles de sécurité et les bases du pilotage de l’aile. On apprend donc à lire les conditions du vent. On s’entraîne ensuite à faire décoller et atterrir l’aile. On se familiarise avec la fenêtre de vol et le placement de l’aile dans cet espace. On apprend à tenir la barre, à utiliser les commandes de contrôle et de sécurité…

Ce n’est pas la séance la plus excitante vu qu’on fait pleins d’exercices assis puis debout sur le sable, mais ça permet de se familiariser avec le matériel et de sentir la force de traction du kite. C’est assez puissant. La première fois qu’une bourrasque de vent m’a presque propulsé dans les airs, j’ai eu des petits papillons dans le ventre, et j’ai acquis un grand respect pour la force de mère nature.

Kitesurf Séance 2 : Body Dragging

On commence la séance par d’autres manoeuvre sur le sable avec un kite plus grand de 9 mètres. Il faut réussir à faire des 8, des ronds et le remettre en position neutre. Dès que le moniteur était satisfait de mes habilités de contrôle de l’aile, je me suis mis à l’eau sans planche pour faire quelques exercises de nage tractée. Toujours accroché au Kite à l’aide du harnais, il s’agit de se mettre à plat ventre dans l’eau et de placer l’aile dans la bonne fenêtre de vol de manière à se faire remorquer par le kite. La force de traction de l’aile est extrêmement intimidante.

J’avais l’air un peu bête de me faire malmener par le vent de la sorte en engloutissant quelques litres d’eau salée. Mais après quelques tentatives, je finis par réussir à apprivoiser mon kite géant et à me faire tirer dans la direction que je voulais. Nettoyage des sinus garanti ! C’est à la séance suivante que je vais apprendre l’utilité et la nécessité de cet exercice quelque peu désagréable.

Kitesurf Séance 3 : Water start

J’enfile enfin la planche et me jette à l’eau en m’imaginant tout de suite glisser sur les vagues et voler dans les airs en mode superhéros. Je vais finalement passer le plus clair de mon temps à essayer de m’extirper de l’eau, surfer 10 mètres (5 selon Nadia), avant de me planter la tête la première à la moindre petite vaguelette, en plus de perdre ma planche. Et là, l’exercice de « body dragging » de la veille prend tout son sens. Lorsqu’on perd sa planche (ce qui arrive très souvent), il faut pouvoir diriger son aile pour glisser en direction de la planche afin de la récupérer. Laissez moi vous dire que c’est un des exercises les plus frustrants et les plus épuisants que j’ai eu à faire.

La première séance de « water start » est sans aucun doute la séance la plus pénible car il faut réussir à coordonner maitrise du kite et maitrise de la planche. Les personnes plus expérimentées en surf, snowboard et surtout wakeboard auront plus de facilité vu qu’ils maîtrisent déjà le board et peuvent donc concentrer toute leur attention sur le pilotage de l’aile de kite. Ma séance se termine abruptement lorsque je déchire mon aile ouch ! Apparemment c’est très fréquent.

Kitesurf Séance 4 : Water start (bis)

J’avoue que je trainais un peu la patte en allant à cette quatrième séance, le corp en compote et le moral totalement découragé de ma performance médiocre de la veille. Finalement, ça va s’avérer être la pratique la plus trippante. Comme par magie, j’ai appris à mettre ma voile juste au bon endroit pour sortir mes fesses de l’eau et glisser sur les vagues (presque) comme un pro, sans jamais perdre ma planche. Hallelluya ! Qu’est ce qui vient de se passer? J’ai juste pris plus confiance en moi et plus d’assurance en mon matériel et voilà !

Je vole à travers les vagues un sourire niais collé à mon visage. J’ai encore l’air un peu con avec mon casque et mon gilet de sauvetage face aux pros à côté qui font des pirouettes en short, mais juste le fait d’être capable de dompter les forces de la nature me procure une sorte d’euphorie indescriptible.

 

À force de persévérance, n’importe qui peut parvenir à déplacer une montagne. Proverbe chinois

Kitesurf Séance 5 : Navigation

Wouhou je tire mes premiers bords en kitesurf. Nadie n’en croyait pas ses yeux. En fait ce n’est pas un sport physique du tout, je ne sais pas pourquoi je galérait autant avant. La clé est de ne pas se battre contre les éléments (le vent, les vagues, la gravité) mais plutôt d’apprendre à être en harmonie avec eux. En tout cas, cette séance, c’est 2h d’éclate totale à s’envoler à travers les vagues à une vitesse (qui semble en tout cas) vertigineuse. Moi je dis: Défi kitesurf à Dakhla relevé avec brillo !

Kitesurf Séance 6 : Demi-tour

Pour gagner encore plus d’autonomie en kite, il est nécessaire d’apprendre à faire des demi-tour sur place. C’est une manoeuvre qui demande du cran et de la pratique parce qu’il faut tirer sur l’aile assez fort pour l’arrêter, avant de la virer de bord très rapidement histoire de ne pas perdre le momentum et couler. Après plusieurs tentatives infructueuses, j’ai finalement réussi… mais c’est déjà la fin du stage. Je commençais à peine à bien tripper. En tout cas, ça ne m’a donnée qu’une envie: en refaire dès que l’occasion se présente. On dit qu’au bout de deux ou trois semaines de pratique, on peut déjà tenter ses premiers sauts wahou!

Kitesurf à Dakhla: Le verdict

Se faire porter par une aile comme ça sur l’eau, c’est presque magique. À Dakhla, je m’en suis pris plein les yeux, plein les bras, plein le coeur. Le kitesurf est vraiment un sport unique, un peu dur à apprivoiser, mais qui procure au final des sensations exceptionnelles. Mike: 1 – Kitesurf: 0. La persévérance a payé. Alors n’hésitez plus, Jetez-vous à l’eau !

Tu aimes cet article ?

Épingle le sur Pinterest !

Apprendre à faire du kitesurf à Dakhla

Infos pratiques

  • J’ai effectué mon stage de kitesurf à Dakhla Attitude, un camp de kitesurf au sud du Maroc où les conditions sont optimales toute l’année, les moniteurs qualifiés, et l’équipement au top.
  • La plupart des écoles de kitesurf à Dakhla sont installées dans des campements qui offrent des séjours en pension complète incluant l’hébergement, les 3 repas par jour et un forfait d’heures de cours de kitesurf.
  • Je vous conseille de réserver vos cours à l’avance pour bénéficier d’une réduction d’un minimum de 10% sur le prix, et pour vous assurer d’avoir une place tous les jours dans le planning surtout en saison haute.

Le kitesurf peut s’avérer être un sport dangereux si on s’y prend mal. Il est nécessaire de prendre des cours avec des moniteurs certifiés et pédagogues, et de choisir l’équipement adapté à sa taille et sa morphologie. Le port du casque est obligatoire pour les débutants. Prenez le temps d’apprendre à bien maitriser le kite au sol avant de vous lancer à l’assaut des vagues. Vérifiez les conditions météo, la force et la direction du vent et les marées. Ne kitez jamais seul ! C’est plus fun en groupe de toute façon. Même si vous vous plantez, continuez à persévérez, ça vient plus vite qu’on le pense.