Que faire à Essaouira ? Visiter cette petite cité portuaire du sud du Maroc, c’est voyager à travers tous ses sens. Sa palette de couleur blanc et bleu apaisante, ses odeurs envoûtantes, ses rythmes africains endiablés, son ambiance paisible enivrante nous emportent dans un voyage sensoriel tonique et enveloppant. La région d’Essaouira est ma préférée au Maroc et je vous propose de la découvrir avec nous à travers 10 expériences uniques.

Que faire à Essaouira: 10 activités à ne pas manquer

Essaouira, la plage de Marrakech ?

Pour les touristes qui visitent le Maroc à la course, la petite cité d’Essaouira construite à l’écart des grands circuits touristiques, n’est souvent pas plus qu’une courte escale balnéaire d’une journée pour s’échapper de l’effervescence et de la chaleur accablante de Marrakech située à peine à 2h de route. Quel dommage ! Essaouira, la petite ville qui a bercé tant de voyageurs, d’écrivains et d’artistes a pourtant tellement plus à offrir à ceux qui prennent le temps de s’imprégner de sa culture, de ses sons, de ses odeurs, de ses saveurs, et de son atmosphère si attachante. Alors que faire à Essaouira ? Et bien tout pleins de choses…

#1

Se perdre derrière les remparts de la médina

La ville fortifiée d’Essaouira, ex-Mogador est une oeuvre architecturale qu’on ne se lasse pas de contempler. Arpenter les remparts de la cité sur lesquels les vagues de l’Atlantique viennent s’écraser est sûrement le meilleur moyen de prendre le pouls d’Essaouira.

Des remparts à l’épreuve du temps

Les fortifications qui entourent la ville racontent aujourd’hui l’histoire d’une cité cosmopolite qui a été une plaque tournante du commerce maritime entre l’Europe et l’Afrique au 18ème siècle. Les fortifications ont survécu à l’épreuve du temps et des peuples, des Phéniciens aux Romains, des Portugais aux Français.


La médina fortifiée d’Essaouira  est classée au patrimoine mondial de l’Unesco.


La muraille crénelée de pierre et de terre est percée de plusieurs « Bab » ou portes d’accès, et est entourées de canons espagnols pointés vers l’océan qui servaient autrefois à protéger la ville et le port contre les éventuelles attaques maritimes.

Une cité cosmopolite

Nous pénétrons la médina par Bab Doukkala au nord-est et arpentons ses ruelles piétonnes étroites sans carte ni guide.


Grâce à ses voies principales rectilignes et ses carrefours perpendiculaires, il est assez aisé de s’orienter et même si on s’égare dans les nombreuses venelles, on finit par retomber sur une des artères… ou bien dans un cul de sac.


C’est ainsi qu’au détour d’une ruelle, on se retrouve au milieu des ruines du vieux quartier juif du « Mellah » abandonné par ses habitants dans les années 1960. Les quartiers populaires vivants de la médina témoignent d’un passé culturel riche et paisible. Juifs, chrétiens, arabes musulmans, berbères et Noirs africains y ont le plus souvent vécu dans l’harmonie.

La Skala de la Kasbah

Nous nous dirigeons ensuite vers la Skala de la Kasbah, une muraille défensive où sont alignés des canons espagnols pointés vers l’horizon et sur laquelle s’écrasent avec force les vagues de l’Atlantique. C’est un décor qui semble tout droit sorti d’un film.


D’ailleurs, la Skala d’Essaouira a servi de lieu de tournage au célèbre film « Othello » de Orson Wells.


La vue sur cette immense étendue d’eau d’une part et sur les toits de la vieille cité de l’autre nous laisse littéralement sans voix. Nous terminons enfin notre balade sur la place principale Moulay Hassan bordée de cafés affectionnée par les « Souiris » qui s’installent pendant des heures autour d’un thé à la menthe pour observer inlassablement les allers et venues des locaux et des touristes.

Une pépinière d’artistes

L’esthétique de la médina d’Essaouira, la cité blanche aux huisseries bleues dont le nom signifie la « bien dessinée »
est saisissante.

On croirait plonger dans un tableau de peinture aux nuances blanches et bleutées, ocres et dorées.

Les couleurs, les contrastes et les lumières de la ville ont inspiré de nombreux courants artistiques et ont valu à Essaouira sa réputation de pépinière d’artistes. Essaouira compte d’ailleurs plus de galeries d’art que de mosquées. Nous sommes instantanément tombés sous le charme de cette ville portuaire, comme l’ont été avant nous tant d’écrivains, de poètes, de peintres, de musiciens et autres créateurs locaux et internationaux.

#2

Flâner négocier et acheter dans les souks et les bazars

C’est dans les souks, ces marchés populaires situés au milieu des remparts que continue de battre le coeur de la médina. À la différence des souks de Marrakech, les souks d’Essaouira invitent à la découverte dans un calme qui étonne. Ici, les véhicules motorisés sont interdit. Le transport de marchandise est assuré par des charrettes parfois tirées par des mulets. Les « Souiris » viennent tous les jours ici faire leurs emplettes.

Les odeurs et saveurs des souks

Aux marchés d’épices, d’herbes et de grains, les parfums provocants du musc et de l’harissa, se mêlent aux notes délicieuses de nougat, de fleur d’oranger, de jasmin et de menthe fraîche. les herboristes berbères vantent les bienfaits miraculeux de leurs produits naturels ancestraux propres à guérir tous les types de maux. L’odeur croustillante du pain émane des fours publiques traditionnels. Les effluves sucrées des pâtisseries marocaines qu’on prépare à l’approche du Ramadan sont une invitation à l’indulgence. Allez, on se laisse tenter par une corne de gazelle chez Driss, la plus ancienne pâtisserie d’Essaouira. Les arômes des noix grillés vendues au gramme dans la rue sont irrésistibles. Par contre, au marché aux poissons, la puanteur des entrailles de poissons éventrés et décapités s’avère intenable. Non loin de là, les étals de bouchers côtoient les vendeurs de légumes. On tâte, on compare, on goûte, et on négocie dans un brouhaha de réprobations et d’assentiments. La négociation ici est un sport national pratiqué dans la joie et la bonne humeur. Dans les cafés alignés sous les arcades du souk, les brochettes de merguez, de kefta et de boulfafe rivalisent avec les barbecues de poissons et de fruits de mer. La fumée aveuglante et parfumée envahissant la rue, fait à la fois pleurer et saliver.

L’artisanat Souiri

Au travers des montagnes d’épices, on retrouve les marchants de tissus, et les échoppes d’artisanat typiques des souks marocains vendant tapis, babouches, lanternes, poteries et céramiques etc. Mais c’est la marqueterie qui est la spécialité artisanale d’Essaouira. L’arbre de Thuya poussant en abondance dans la région, on retrouve toutes sortes d’objets fabriqués en bois de thuya incrusté d’autres essences telle que le citronnier et l’ébène. C’est en se baladant sous les arcades de la Sqala que nous avons déniché un minuscule petit atelier de fabrication d’instruments de musique traditionnels. Mike s’est acheté son premier « djembé ». Nous sommes aussi tombé sous le charme des petits ateliers de fabrication de lampes en peaux décorées de henné, une véritable caverne d’Ali Baba. La bijouterie fait également partie des savoir-faire ancestraux d’Essaouira. Le marché aux bijoux se trouve dans une allée couverte aux murs carrelés de zelliges. On y vend principalement des bijoux en argent et pierres semi-précieuses. Finalement, il ne faut pas oublier les belles œuvres des peintres locaux inspirées par l’esthétique de la ville des vents.

#3

Assister à l’effervescence du port d’Essaouira

Le port d’Essaouira est certainement un des endroits les plus animés de la ville. Autrefois surnommée le « port de Tombouctou », c’était un point d’échange entre les longues pistes de commerce transsaharien et les grandes routes maritimes du 18ème siècle transitant or, épices et esclaves. Aujourd’hui, le port d’Essaouira est le 3ème port de pêche sardinier le plus important au Maroc, et un important chantier naval pour chalutiers en bois fabriqués de façon encore artisanale.

La criée des pêcheurs

En début d’après-midi, quand les bateaux reviennent les filets remplis de sardines, de murènes, de daurades et de crustacés, le port d’Essaouira est le théâtre d’un spectacle cacophonique hors du commun. Les pêcheurs paradent fièrement leurs prises du jour qu’ils tentent de vendre à la criée sous le ballet incessant des mouettes et des cormorans, véritables maîtres des lieux. En moins d’une heure, les ventes sont faites et les hordes de chats qui fainéantaient auparavant à l’intérieur des remparts viennent s’emparer furtivement des restes de poissons. On se pince le nez et on y va.

Une expérience culinaire authentique

Quelques mètres plus loin, des petites gargotes en plein air proposent aux visiteurs de déguster le poisson frais grillé au feu de bois et accompagné de frites et de salades marocaines. Des sardines aux langoustes aux oursins, on y retrouve de tout selon les saisons et selon l’arrivage. C’est une expérience culinaire authentique à ne manquer sous aucun prétexte.

Le concours improvisé de plongeon

Les journées chaudes d’été, les enfants et jeunes adolescents de la cité se retrouvent au port masques et tubas sur la tête pour se rafraîchir dans les eaux placides de la baie des îles Purpuraires. Les chalutiers, les murailles et même les bastions se transforment en plateforme de plongée. Même si on n’ose pas se joindre au jeu, c’est un pur moment de plaisir d’observer les petits comme les grands se balancer dans l’eau en ricanant. Bonne humeur garantie.

#4

Contempler les couchers de soleil signature d’Essaouira

Le coucher de soleil est une véritable marque de commerce de la ville d’Essaouira. Chaque jour, c’est un évènement admiré autant par les oiseaux de passage que les Souiris qui viennent seuls, en couple ou en famille respirer l’air iodé balayé par le sirocco et rêvasser face au grand large et à la houle. Nos 3 spots préférés pour contemple le coucher de soleil sont: Du haut de la Skala de la Kasbah, en face du port à côté des chalutiers et aux alentours de la Skala du port.

#5

Bouger sur les rythmes de la musique Gnaoua

Une visite d’Essaouira se fait sous la trame sonore de la musique Gnaoua, une musique de transe euphorisante originaire des descendants d’anciens esclaves noirs du Maroc. Essaouira est le berceau de ce genre musical qui a infusé l’histoire du rock, de Hendrix à Jimmy Page.

Festival Gnaoua et musiques du monde: Le Woodstock marocain

Cette année, nous avons eu la chance d’assister au festival Gnaoua et musiques du monde d’Essaouira, un événement musical et culturel annuel unique au Maroc pendant lequel on plonge dans la transe musicale et sensorielle des Gnaouas. Chaque année, pendant 4 jours, le saxophone, la guitare et la flûte rejoignent « guembri » (guitare à trois cordes), « djembé (tambour) et crotales (sorte de castagnettes). Des musiciens venus du monde entier fusionnent avec les plus grands « mâalems » Gnaoui (maîtres de cérémonie), créant un véritable échange créatif et un dialogue des cultures. Au delà des concerts de musique organisés sur la plage et derrière les remparts, c’est toute la vieille ville qui se met en transe avec des sessions de jam improvisées, de la poésie, des expos, des colloques et des débats. Quelle ambiance de fou ! On se donne rendez-vous à la prochaine édition du festival gnaoua à Essaouira ?

Essaouira: paradis des hippies

Réputée à travers le Maroc, la musique gnaoua a acquis depuis les années soixante une reconnaissance internationale et la cité des vents est devenue, depuis, un refuge pour les hippies. Cette ambiance baba cool est palpable à travers la ville. La mode est aux dreads et aux coupes afros. Si on tend l’oreille, on peut entendre à longueur de journée les rythmes du « guembri » retentir à travers les fenêtres. Les murs et les commerces de la ville regorgent de peintures, affiches, disques et objets à l’effigie de tous les artistes en manque d’inspiration qui ont séjourné.


Essaouira a été une muse pour plusieurs légendes du Rock’n’Roll, du jazz et du reggae


de Mike Jagger à Bob Marley, en passant par Led Zeppelin, Santana ou encore Jimi Hendrix qui y aurait écrit la chanson « Castle Made of Sand ».

#6

Danser avec le vent en kite, en surf ou en véliplanche

La région d’Essaouira, ventilée en permanence par les Alizés, est le royaume des véliplanchistes et kitesurfer, qui s’adonnent à longueur d’année à dompter le vent.

La plage d’Essaouira s’étend sur plusieurs kilomètres de sable fin. Mais les vents forts rendent les séances de bronzage et de baignades difficiles, au grand bonheur des amateurs de sports de glisse qui s’en donnent à coeur joie sur les vagues de l’Atlantique.


Essaouira accueille d’ailleurs chaque année une étape de la Coupe du Monde de Kitesurf (KPWT).


Mais il n’y a pas de raison d’être intimidé. Les clubs et écoles de kitesurf, de surf et de windsurf poussent comme des champignons, et forment les débutants comme les « riders » confirmés, et ce à longueur d’année. Alors, à vos planches, prêts, partez!

#7

Faire des randonnées à pied, à dos de cheval ou de dromadaire

La côte atlantique aux alentours d’Essaouira est tellement sauvage et isolée qu’elle n’est accessible qu’à pied, soit par les sentiers côtiers, soit par des pistes qui relient les villages de pêcheurs à la civilisation. Plages de sable fin, promontoires rocheux, falaises calcaires tombant à pic, villages de pêcheurs, dunes de sable, les randonnées sur ce territoire encore vierge en mettent plein la vue.

Balade à dos de dromadaire

La démarche chaloupée d’un dromadaire n’est pas de tout repos mais ça permet très certainement d’avoir un petit aperçu du mode de vie des nomades qui traversaient autrefois la région. pour une promenade agréable à dos de dromadaire, on vous conseille de faire une courte balade sur une des plages moins achalandées autour d’Essaouira au moment du coucher du soleil. Nous avons un petit faible pour la plage de Sidi Kaouki.

Randonnée à cheval

En plus des courtes balades à cheval proposé sur la plage, il est possible de découvrir le littoral Atlantique avec différentes formules de balades équestres de plusieurs jours le long des plages et des dunes d’Essaouira jusqu’à Agadir. Pour les intéressés, jetez un coup d’oeil aux programmes de randonnées équestres proposés par le Ranch Diabat. Et pour les plus téméraires, osez une balade à dos d’âne histoire de vous mettre dans la peau des villageois !

Randonnées pédestres

Nous sommes de grands amateurs de randonnées. Nous trouvons que c’est souvent le meilleur moyen de découvrir une région et ses habitants. Les randonnées pédestres proposées à Essaouira varient entre des parcours d’une journée dans des forêts d’Arganier et de Thuya, à des parcours d’exploration de plusieurs jours le long de la côte Atlantique, avec nuits en bivouac sur les dunes de sable, ou chez l’habitant dans les villages berbères vivant des ressources de la mer.

#8

Découvrir les trésors de l’Argan

Essaouira est comme une oasis au milieu d’une forêt d’Argane. Cet arbre endémique rarissime qui ne pousse qu’à cet endroit produit un fruit à coque dont l’amande pilée fournit l’huile d’argan comestible au goût de noisette, et l’huile d’argan cosmétique tant convoitée pour ses vertus santé.

Huile d’argan: l’élixir 100% marocain

Si vous ne connaissez pas l’huile d’Argan, vous avez peut-être vécu sous terre durant les 10 dernières années. Les plus grands chefs en raffolent, et les plus grands laboratoires cosmétiques ne jurent que par elle. On la met partout parce que ses vertus autant culinaires que cosmétiques sont miraculeuses. L’huile d’argan comestible riche en vitamines et faible en cholestérol diminuerait les risques de maladies cardio-vasculaires, tandis que l’huile d’argan cosmétique riche en antioxydants est un véritable élixir de jouvence pour la peau et les cheveux. Et vous savez quoi? C’est uniquement au sud du Maroc dans une région qu’on appelle le triangle de l’argan (d’Essaouira à Tiznit à Taroudant) que pousse l’arganier. C’est donc l’occasion idéale de faire le plein de cette huile prodigieuse « made in Morocco ».

Visite d’une coopérative féminine d’Argan

Pour joindre l’utile à l’agréable, on vous conseille de visiter des coopératives féminines de production d’huile d’Argan qui représentent une des rares sources de revenus pour les femmes berbères des villages avoisinants. Les femmes y produisent sur place de l’huile d’argan comestible et cosmétique certifiée biologique, et plein de produits dérivés de manière traditionnelle. Sachez que pour produire manuellement 1 litre d’huile, il faut compter près de 20 heures de travail et 35 kg de fruits secs. On comprend pourquoi on dit parfois que cette huile vaut son pesant en or. Et surtout, goûtez à du Amlou: un mélange délicieux d’amandes, d’huile d’argan, de miel et autres ingrédients secrets réputé pour avoir des propriétés aphrodisiaques.

#9

Visiter des villages berbères aux environs d’Essaouira

La région d’Essaouira est une des rares régions au Maroc qui résiste encore au tourisme de masse. Les villages berbères aux alentours d’Essaouira sont des petits trésors cachés qu’il fait bon de découvrir.

Une vision authentique du Maroc

Le village de Diabat, à 4 kilomètres au sud d’Essaouira, rendu célèbre par la visite de Jimmy Hendrix dans les années 70, renferme les ruines ensablées d’un vieux palais datant de la fin du 18ème siècle.


Le village de pêcheur Sidi Kaouki à 20km au sud d’Essaouira est un endroit paisible magnifique, avec une grande plage très peu achalandée. J’adore.


Plus au sud encore, la plage du village d’Ifrane parsemée de maisons de pêcheurs devient en aprés midi un immense terrain de foot. Le souk hebdomadaire du village de Smimou est un évènement à ne pas rater.

Les souks hebdos des villages berbères

Les souks sont une fenêtre grande ouverte sur la vie des populations locales. Chaque village a son souk hebdomadaire, donc c’est tous les jours un jour de marché dans un village différent. Loin d’être des attractions touristiques, les souks sont tout d’abord des espaces de commerce et un lieu d’échange entre les villageois qui s’y rendent chaque semaine afin d’y faire leurs provisions, mais aussi pour y vendre leurs récoltes. Les fruits et légumes sont éparpillés sur le sol par dizaines de kilos. On y trouve aussi des aires pour la vente et le troc d’animaux, ainsi que des « cafés berbères » installés sous des tentes de fortune. Il est fort dépaysant d’arriver très tôt le matin afin d’assister à la vente des dromadaires et autres animaux. Le souk qui se tient au Douar des Regraga, fin avril, est particulièrement spectaculaire, avec vente de chameaux et spectacle de fantasia. Demandez le calendriers des souks au locaux!

#10

Retraite en pleine nature dans un riad ou un ecolodge

La région d’Essaouira est une oasis de paix et de quiétude, idéale pour les citadins en mal de nature et de sérénité. Entre forêt de thuyas et d’argan, plages de sable fin, criques et médina, il y en a pour tous les goûts: maisons d’hôtes écologiques, riads de charme et maisons de plage pieds dans l’eau, retraites de surf et de yoga, lieux de ressourcement et de soins thérapeutiques. Il faut juste prendre le temps de se ressourcer à Essaouira.

Écolodge à Essaouira

Pour les couples, nous avons déniché un havre de paix idéalement situé dans l’arrière pays d’Essaouira, entre terre et mer. On vous parle ici de notre weekend en amoureux à la campagne à l’écolodge Baoussala. 

RIADS À SIDI KAOUKI

Pour une escapade entre amis ou en famille, nous sommes tombés amoureux des riads et villas privée Ribali à Sidi Kaouki, à quelques minutes de la plus belle plage de la région.

Tu aimes cet article ?

Épingle le sur Pinterest !

10 activités à faire à Essaouira

Alors, vous êtes tombés amoureux d’Essaouira ou pas encore ?