Nous avons demandé à plusieurs couples de globetrotteurs de partager leurs plus gros défis lorsqu’ils entreprennent un voyage en couple. Certaines réponses nous ont bien fait rire. Pensez-vous que les défis d’un couple nomade sont si différents de ceux d’un couple sédentaire ? Témoignages et confessions…

#1 Chéri(e), qu’est ce qu’on mange?

Les disputes ce n’est pas quelque chose que nous pratiquons à outrance, nous on serait plutôt du genre à bouder… Lorsqu’on voyage en couple, le plus gros défi c’est probablement d’apprendre à gérer les situations de stress ainsi que la fatigue. Une énième guesthouse à la literie fort douteuse après 30 heures à se faire secouer comme des pruniers dans un bus local ce n’est que rarement un bon terrain pour entamer une soirée sereine et romantique !:)

Pour nous un sujet qui avait tendance à mettre les nerfs en pelote c’était un sujet que nous connaissions déjà à la maison : « Qu’est-ce qu’on mange ? »
Vous savez cette grande question existentielle que bon nombre se posent chaque soir affalés sur le canapé avec cette lueur d’espoir que l’autre proposera une idée révolutionnaire de plat ? Oui ben en voyage c’est idem, sauf que bien souvent le budget est limité, les produits inconnus, et la perspective de devoir choisir pour la 200ème fois entre riz et nouilles pour savoir à quel stand de street-food s’arrêter pas forcément réjouissante.
Notre conseil pour éviter les problèmes c’est qu’on choisit à tour de rôle, et celui qui ne choisit pas a interdiction de râler (bien plus facile à dire qu’à faire!) :)

Fabienne & Benoit du blog Novomonde

kayak2

#2 Chéri(e), je suis fatigué(e)

Quel est votre plus grand sujet de dispute en voyage ? Voilà donc une question à laquelle nous avons eu énormément de mal à répondre, car en fait on ne se dispute pas vraiment, presque jamais. Si si, on vous jure ! Mais il arrive qu’en voyage on se crêpe un peu le chignon. La cause ? L’accumulation de fatigue ! Ça entraine le manque de patience et la mauvaise foi… Voyageant souvent à pieds à travers des contrées peu connues, fréquentées, ou peuplées, les conditions sont vite épuisantes et au bout de plusieurs mois le moral n’est plus au top de sa forme. Tout ce que nous faisons, nous le faisons ensemble, H24. Du coup lorsque quelque chose ne tourne pas rond c’est tout de suite la faute de l’autre. Bah oui, normal quoi ! Mais c’est rarement lorsque nous marchons que les « crises » arrivent. C’est lorsque nous nous reposons et que nous nous mettons à bosser sur les photos et à écrire pour le blog que les remarques fuses:

M: Nan mais ta photo c’est de la m**** !
Q: Et t’as vu ton texte, là, un gamin de CP ferait mieux…

M: C’est quoi déjà au fait le machin là ?
Q: Mais, sérieux ? Pffff. Je te l’ai déjà dis 5 fois !
M: QUOI ? Tu déconnes ? Tu m’en a jamais parlé !

Q: Mais pourquoi t’as fait ça ?
M: Hein quoi, mais c’est pas moi !
Q: Ben alors c’est qui hein !?

Q: Mais où t’as foutu ce truc ?
M: J’y ai pas touché moi !
Q: Bah moi non plus, il a pas disparu tout seul !

Bon là, il est temps de se mettre en tongs, de fermer l’ordi, puis d’aller se faire une petite bière, un gros câlin et une bonne nuit de sommeil :)

Quentin et Mariette du blog Shoes Your Path

DSC_9369-2

#3 Chéri(e), prend moi en photos!

J’ai souvent entendu ça chez nos couples d’amis et au final je me suis sentie moins seule!! Peut être que vous vous reconnaitrez aussi dans la situation.

À chaque voyage, on prend des photos, beaucoup de photos, enfin surtout Max qui est le photographe de l’équipe! Mais voilà parfois c’est bien normal, il veut des photos de lui et me passe l’appareil. Il a beau m’expliquer son cadrage, faire les réglages et limite appuyer pour moi sur le bouton qu’au final il n’est pas content du résultat!

Il est tellement pointilleux que ça ne va jamais!! Beau sujet d’engueulade! “Mais je t’ai pas dit comme ça!! T’as pas l’arbre au bon endroit là…Je t’avais montré quand même…” etc etc
Et moi? Je ne vois pas la différence!!
Résultat, on fait peu de photos de lui!!
Ça vous arrive aussi? Bon celle-ci, il était à peu près content:-)

Elise et Max du blog Best Jobers

160202_127

#4 Chéri(e), qu’est ce qu’on fait?

Notre plus grand défi lorsqu’on voyage  en couple est de gérer notre temps entre le boulot et les visites/découvertes. Voyageant en continu depuis 5 ans, on doit aussi travailler sur la route. Que ce soit pour un boulot de saisonnier, un échange de service ou la création de site web, on doit prendre le temps de nous arrêter pour bosser tout en gérant notre temps libre. Tous les nomades digitaux vous le diront, ce n’est pas une chose facile.

Max est un accro du boulot et lorsqu’il se met dans un projet, il peut y consacrer des journées entières sans mettre le nez dehors. Tandis que moi, j’ai toujours du mal à bosser quand je sais qu’il y a pleins de choses à faire dans le coin que je ne veux pas manquer. On essaie de s’organiser des horaires de boulot et des temps de repos propice au tourisme, mais ce n’est pas toujours simple quand on a un gros contrat à terminer. Voilà les joies du travailleur indépendant confronté à l’organisation de son temps, couplé au fait que nous faisons tous cela à deux et que nous sommes 24h sur 24 et 7 jours sur 7 ensembles.

Il nous faut juste trouver l’équilibre en fonction de la situation donnée. Mais c’est un réel plaisir de travailler avec mon chéri.

Maxime & Alizé du blog Détour Local

compte_rendu_detour_local_2014_002

#5 Chéri(e), quand est ce qu’on prend l’apéro?

Selon nous, l’un des sujets de dispute relativement fréquent lorsque l’on voyage en couple est sans aucun doute le moment de l’apéritif. Si l’on écoutait Monsieur, la bière devrait couler à flot au début de chaque repas ! Hé ho, on est en Tour du Monde Coco, le budget est serré, on n’est pas à l’Oktoberfest…Avant de partir, le deal était clair : durant notre grand voyage, c’est une bière (allez, voir deux) par semaine. Nous avions fait un bref calcul qui nous a scotché : ingurgiter 33cl de ce précieux liquide houblonné une fois par jour durant un an reviendrait à  dépenser la somme de…1000€ ! Bonjour l’économie ! Et puis, quoi de mieux que de rester beau et svelte sur les plages ? Exit donc la bière quotidienne, vous la savourerez davantage lorsqu’elle se fait rare. Alors messieurs, si vous voulez un conseil, arrêtez la bière au quotidien lors d’un voyage, votre ventre vous dira merci, et votre porte monnaie aussi!

François & Elen du blog Le voyage connecté

La bière quotidienne

#6 Chéri(e), quand est ce qu’on fait des câlins?

Comme la plupart des couples, l’intimité est essentielle dans notre relation. Que ce soit en voyage ou chez-nous, s’offrir des moments d’intimité à deux est en effet très important dans l’équilibre de notre couple et pour renforcer notre complicité. Mais malheureusement, notre façon de voyager peut parfois mettre à rude épreuve cet aspect. Partager un dortoir avec des inconnus, enchaîner les visites et les randonnées avec un rythme soutenu au point de tomber de fatigue chaque soir, etc… Plusieurs points peuvent rapidement casser notre libido lors d’un voyage en couple, et rendre ce dernier quasi-similaire à un voyage entre amis. Et plus le voyage est long, plus cette situation peut devenir source de frustration pour l’un ou l’autre. Il était donc important d’y remédier dès nos premières escapades !

La solution est pourtant simple, et s’est imposée progressivement et naturellement dans notre mode de voyage : alterner logements « low-cost » et nuits dans des hôtels chaleureux, tout en jonglant entre journées chargées et journées plus calmes, dans un esprit « slow-travel ». Mais attention à ne pas tomber dans l’effet inverse et en arriver à presque  « planifier » à l’avance nos moments d’intimité : une relation saine a également besoin de spontanéité et d’envie ! Il s’agit là d’un équilibre à trouver pour chaque couple, et nous pensons vraiment avoir trouvé le rythme qui nous correspond et qui nous permet désormais de lier parfaitement notre passion du voyage et notre vie amoureuse.

Camille & Gaétan du blog Voyages et Compagnie

IMG_1012

#7 Chérie, on fait la grasse matinée?

Malgré qu’on ait des points communs sur plusieurs choses dans la vie, lorsqu’on parle de notre définition d’une grasse matinée, on est à des années lumières de s’entendre là-dessus !

 Mélissa :

 ‘’ Profiter pour Pam c’est se lever au chant du coq, avoir déjeuné pour 8h et être aussitôt sorties pour aller visiter 46 lieux dans la journée ! ;) Pour ma part, en voyage, en plus de visiter certains attraits bien évidemment, j’aime aussi me reposer le matin, déguster mon café tranquillement, improviser et faire des choses selon mon feeling du moment ! ‘’

 Pam :

 ‘’ Pour Mélissa, écouter son feeling le matin équivaut 99 % du temps à rester faire la grasse matinée. Il ne faut surtout pas essayer de la réveiller tôt pour lui rappeler qu’on avait prévu un truc. Vous aurez été prévenus ! En passant, moi aussi j’aime bien déguster mon café tranquillement, mais pas à 10h00. ;) Ça fait maintenant presque 2 mois qu’on est en Asie et je ne l’ai jamais entendu une seule fois me dire : Hey Pam, demain on pourrait se lever de bonne heure pour aller faire telle chose ! ‘’

 Bon, on a fini de laver notre linge sale en public ! Plus sérieusement, on a du en parler beaucoup et trouver des compromis. On vous rassure, ça va beaucoup mieux qu’au début. Disons que Mélissa a perdu une heure de sommeil et Pam attend une heure de plus.

Mélissa & Pamela du blog Two Travel Lovers

IMG_3968

#8 Chéri, où est ce qu’on dort?

Il y a deux manières de réserver une guesthouse lorsqu’on voyage au long cours : soit on s’y prend à l’avance, soit on cherche une fois sur place. Souvent, nous décidons de réserver à l’avance, surtout dans les villes. On veut sans doute avoir notre petit confort (ça doit être l’âge) et puis on a généralement pas envie de se taper des kilomètres pour réaliser 1$ d’économie. Nous ne sommes pas difficiles mais un peu exigeants tout de même, on choisit donc une chambre + salle de bain privative (quand le budget le permet), un bel espace commun et pas trop mal placée.

Oui mais voilà, même si nous avons les mêmes goûts dans la vie, il faut croire que nos recherches sur la toile ne donnent pas toujours le même résultat. Il arrive donc très souvent le scénario suivant : Roxane jette un rapide coup d’œil sur les sites de réservation et dans le ou les guides à disposition, fait le tri et me ramène une « shortlist » de 3 ou 4 GH. Puis je (Pierre) débarque comme un cheveu dans la soupe, regarde rapidos le résultat de Roxane et me met à chercher à mon tour. Défaut professionnel sans doute, je lui fais pourtant confiance mais c’est plus fort que moi. Le pire, c’est que je tombe évidemment sur d’autres résultats et finalement une shortlist différente. Du coup, débat, argumentation, réflexion et décision de commun accord. Il ne manque plus que le PV de la réunion. Qui a dit que voyager c’était pas travailler ?

Pierre & Roxane du blog Allons Voir Ailleurs

DSC09865

#9 Chéri(e) on va faire du shopping?

Dans la vie de tous les jours, on a la chance ( ?) de très peu se disputer. Alors en voyage, c’est vraiment encore plus rare. A une différence près : en voyage, où tout est amplifié, la dispute monte toujours plus haut dans les tours. Il y a bien un sujet sur lequel on se prend régulièrement le chou : le … shopping ! Pour Jean-Philippe, cette « activité » devrait être encore plus rare que le reste de l’année. Alors que pour moi (Delphine), c’est tout le contraire : c’est enfin le moment où je trouve qu’on a le temps de le faire, tranquillement, en musardant… Pour moi cela fait partie intégrante du voyage/des vacances, où que l’on aille. C’est l’occasion d’un dépaysement différent. Mon but n’est pas forcément d’acheter mais de voir ce qui se fait, de rigoler…

Les Etats-Unis, notre terrain de jeu favori, sont une destination de rêve en la matière : j’adore parcourir les rayons des stations-service, ceux des supermarchés géants, des trading-posts de bord de route, des magasins d’artisanat indien… Je ramène plein de trucs rigolos (avec une préférence pour les bijoux). Jean-Philippe, lui, suit (enfin pas toujours). Il souffle, me dit que c’est de la m…, me menace de devoir les abandonner pour cause de surpoids de bagages… Mais rien n’y fait. Avec le temps, on a élaboré une sorte de compromis : j’essaye de sélectionner les magasins où j’ai VRAIMENT envie d’entrer. Et il lui arrive quand même de suivre, de rire ou de s’acheter un truc-souvenir (surtout des mugs, des magnets et des t-shirts). Comme sur la photo (un frizzbee-bouse déniché au Wall Drug OU ce psychédélique cat-t-shirt).

Delphine & Jean Philippe du blog Lost in the USA

DSC03777

#10 Chéri(e), passes moi le PQ!

Je pense pouvoir affirmer que toutes les personnes qui voyagent en couple sur de la longue durée savent de quoi je parle… Et oui, un tour du monde en couple n’est pas que synonyme d’évasion et de découverte ! De notre côté nous n’avions jamais vraiment vécu ensemble, étant du Nord et Benoît du Sud, ce voyage nous a permis de nous connaître vraiment mais aussi de faire prendre 10 ans de mariage à notre couple !
Nous avions décidé, pendant notre séjour en Inde, de faire une excursion romantique, un trek de 4 jours en dromadaire dans le désert du Thar…C’était magique jusqu’à ce que nous mangions un truc que même nos « hôtes » n’ont pas pu avalé, un légume pourri ou je ne sais quoi, toujours est il que nous sommes tombés malade tous les deux…
Mais imaginez, une indigestion dans le désert…Sans réserve de PQ, sans arbre, ni même cabinet de toilette…Disons que ça rapproche ! Je vois encore la tête de Benoît, il était verdâtre sur son dromadaire et nous devions demandé de s’arrêter toutes les 5 minutes pour…Je vous passe les détails! J’en rigole aujourd’hui, quel souvenir !

Le voyage en couple, c’est définitivement découvrir l’autre sous toutes ses facettes alors il faut s’y préparer.

Pauline & Benoît du blog WorldElse

nous deux

#11 Chéri(e) arrête de dépenser!

C’est toujours délicat de parler budget lorsque l’on voyage en couple, car on a pas forcément les mêmes envies, et mêmes goûts, et de là découle parfois plusieurs engueulades :) Ce n’est pas récurent, mais c’est vrai que le sujet peut être épineux ! Une des meilleurs en date pour nous, lors d’un voyage à Venise et le fameux tour en gondole. Je veux bien, c’est sympa les gondoles, mais le tarif était tellement excessif, que nous sommes rentrés dans un débat du pourquoi il faut le faire, et pourquoi c’est juste un attrape touriste. Quel plaisir que de passer sa journée à revenir inlassablement sur ce sujet, car oui, à Venise, les gondoles rentrent dans votre champ de vision à chaque morceau de rue, relançant le débat encore et encore ! Résultat de course, on les a juste regardés depuis les ponts de la ville, et vous savez quoi… On ne regrette pas de ne pas l’avoir fait, on a bien mangé grâce à et argent économisé ! :D

Après, j’ai tendance à avoir la folie dépensière plus poussée que Sophie, qui est plus raisonnable quand j’ai ce côté trop impulsif, mais on essaie de se contrôler ! Le mieux pour éviter les engueulades, c’est une gestion rigoureuse, avec soit un budget commun et puis on dépense jusqu’à épuisement, ou chacun son compte, chacun paie sa part, mais ça ne tient jamais très longtemps ! Pensez à 2, toujours ! :)

Xavier et Sophie du blog Deux Allers Simples

DSCF8478

#12 Chéri(e) tu me tapes sur les nerfs!

Lorsque nous parlons à nos amis ou à notre famille, une des premières questions qui revient souvent est: « mais vous n’en avez pas marre d’être 24h/24 7j/7 ensemble ? » Oui, la proximité permanente fait en sorte qu’on se marche parfois sur les pieds, qu’on a la mèche courte, qu’on se tapes sur le système quoi… Ça nous a pris beaucoup de temps avant de nous rendre compte qu’on avait chacun besoin de notre espace. Pour nous, un des plus gros défis lorsqu’on voyage en couple est de trouver des moments de solitude  ou d’arriver à se convaincre de faire des activités séparément. Le réflexe primaire lorsqu’on est dans des endroits ou des situations inconnues est bien évidemment de tout faire ensemble. C’est rassurant mais ça peut rapidement devenir étouffant. C’est marrant, lorsqu’on habitait à Montréal, c’était difficile de se trouver du temps libre pour faire des activités ensemble. Et bien en voyage, on trouve ça difficile de se trouver du temps libre pour soi. Les zamours c’est compliqué :)

Nadia & Mike du blog lovetrotters.net

ecuador-galapagos-07540

#13 Chéri(e), faut qu’on parte en voyage. On s’engueule trop !

Faire un voyage en couple peut faire frissonner beaucoup d’amoureux, on peut aisément le comprendre : manque d’intimité, envies ou rythmes différents… Les sujets de disputes sont potentiellement nombreux.

Et bien pour nous, c’est tout le contraire ! La fatigue occasionnée par la routine peut provoquer des engueulades (surtout quand Seb n’a pas fait la vaisselle…), mais ces tracas s’envolent en voyage.

Aucun secret, aucun mérite. Tout simplement notre philosophie de voyage et nos envies sont les mêmes (coup de bol). Assez bizarrement, le besoin de temps pour soi, si vital dans le quotidien, disparaît dès qu’on prend l’avion, même pour les voyages au long cours.

Allez comprendre ! Alors pour nous, dès que la météo au sein du couple est menaçante, c’est le signe qu’il faut vite partir se retrouver lors d’un beau voyage en couple…

Sébastien & Laura du blog les Globeblogueurs 

_DSC5524NOA

Voyage en couple: Allo, on vous écoute…

Avez-vous déjà voyagé au long terme avec votre douce moitié ? Est ce que vous vous reconnaissez dans ces témoignages? Quel a été votre plus gros défi en voyage ? Partagez vos expériences et ressentis dans la section commentaires ci-bas !

Tu aimes cet article ?

Épingle le sur Pinterest !

Les défis du voyage en couple