Les dragons existent. Ils n’ont pas de petites ailes et ne crachent pas du feu mais ils sont tout aussi monstrueux et sournois que dans les contes de fées. Nous sommes allés à la rencontre de ces lézards géants, derniers rescapés de la préhistoire, sur les îles de Komodo et Rinca en Indonésie, la seule région au monde où ces varons sauvages règnent encore en maîtres.

Le Parc National de Komodo au large de l’île de Flores est unique au monde. Non seulement ses fonds marins sont parmi les plus riches et les plus beaux au monde, mais ses terres abritent encore des prédateurs préhistoriques, les dragons de Komodo. Ce sont les plus gros lézards au monde, et l’archipel de Komodo est le seul endroit de la planète où l’on peut encore les retrouver à l’état sauvage. C’est principalement sur les îles de Komodo et Rinca, que l’on trouve la plus grande concentration de dragons, 3000 à 4000 gros lézards selon les derniers recensements. Le parc national de Komodo a été déclaré patrimoine de l’Unesco pour protéger ces monstrueuses créatures qui ont survécu pendant 150 millions d’années et qui sont maintenant en danger d’extinction. Leur seul prédateur: l’être humain.

indonesia-flores-komodo-island-04727

Attention ça mord les dragons !

Que ce soit sur l’île de Rinca ou de Komodo, il est formellement interdit de se balader à travers le parc sans être accompagné par un ranger. Il faut savoir que ces monstres à sang froid font 3 mètres de longueur et peuvent peser jusqu’à 150 kilos. Ils sont strictement carnivores, ils chassent de jour et de nuit, et sont capables d’avaler un buffle (ou un être humain). Ils attaquent leurs victimes, macaques, cerfs, volaille, sangliers, chevaux et buffles sauvages en leur administrant une seule morsure létale, souvent indolore, et ils attendent patiemment pendant plusieurs jours que leur proie infectée s’affaiblisse ou périsse à petit feu avant de la dévorer en entier. Leur salive qui contient plus de 60 bactérie hautement pathogènes et leur odorat surdéveloppé sont des armes redoutables. On nous explique aussi que les dragons vont souvent être affalés par terre, l’air inerte presque inoffensif, mais c’est simplement une ruse pour duper leurs victimes, les mettre à l’aise avant de les attaquer par surprise. Ils ont l’air gras et lourds avachi par terre comme ça mais détrompez-vous, ils sont capables de courir à 40km/h, nager et même grimper aux arbres lorsqu’ils sont jeunes. Mais nous n’avons rien à craindre. Nous somme totalement en sécurité sous la protection de notre jeune ranger armé de sa fourche en bois. Au début, je pensais que c’était une blague. Il a une arme, un tranquillisant, une machette, une batte de baseball, du poivre de cayenne, un poulet rôti, quelque chose quoi… Non, une fourche en bois ridicule va être notre protection contre ce tueur au sang froid. D’accord.

indonesia-flores-komodo-island-04617
indonesia-flores-komodo-island-04609

Sur les traces des dragons sur l’île de Komodo

Nous posons les pieds sur l’île de Komodo après un bon 3h de navigation au départ du port de Labuan Bajo. Il y a plusieurs chemins de randonnées à travers l’île, allant de 30 minutes à 5h ou 6h de marche. Les dragons sont libres de leur mouvement sur l’île. Il n’y a donc aucune garantie d’en croiser, mais ce qui est sûr c’est que plus on marche, plus on augmente nos chances de les voir dans leur habitat naturel. Nous choisissons d’entreprendre une randonnée de 2h. Après même pas 15 minutes de marche, nous croisons notre premier varon. Un énorme mâle en train de roupiller sous l’ombre d’un arbre. Quelques centaines de mètres plus loin, une femelle d’apparence plus agitée nous z’yeute de loin. On change de direction pour s’en éloigner pour tomber nez à nez avec une autre femelle encore plus téméraire cachée dans les buissons. Notre guide commence à répéter: « You lucky, you lucky! », vous êtes chanceux, d’un air pas très rassuré ni rassurant. Il ne lui fait pas trop confiance à cette dernière femelle qui nous a quelque peu surpris en se mettant au travers de notre chemin comme pour protéger son territoire. Attention, nous avons notre fourche en bois (rire nerveux) :) On mitraille la belle bête de photos avant de battre en retraite.

indonesia-flores-komodo-island-04521
indonesia-flores-komodo-island-04680
indonesia-flores-komodo-island-04641
indonesia-flores-komodo-island-04542
indonesia-flores-komodo-island-04586
indonesia-flores-komodo-island-04545
indonesia-flores-komodo-island-04570

Du haut de la colline, nous avons une vue panoramique sur l’île de Komodo. Les dragons montent ici au lever du soleil pour se réchauffer les os. Effectivement, le soleil tappe fort ici. On remarque les traces de leur passage sur le sol, des traces de pas, des traces de queues, et plein de caca. De retour à la station de rangers, nous sommes surpris de voir un groupe de dragons agglutinés autour du bungalow en bambou qui sert de cuisine. C’est plus facile de faire les poubelles plutôt que de chasser ses proies j’imagine. Ha les fainéants! On en profite pour les admirer de plus près du haut de la petite terrasse de la cuisine: Leur peau écaillés, leurs griffes acérés, et leur langue diabolique. Ça donne la chair de poule. Nous repartons très satisfaits de notre trek sur l’île de Komodo. Nous qui craignions ne pas croiser de dragons sauvages, nous avons été servis.

indonesia-flores-komodo-island-04603
indonesia-flores-komodo-island-04597
indonesia-flores-komodo-island-04717
indonesia-flores-komodo-island-04711
indonesia-flores-komodo-island-04704
indonesia-flores-komodo-island-04685
indonesia-flores-komodo-island-04674
indonesia-flores-komodo-island-04659
indonesia-flores-komodo-island-04649
indonesia-flores-komodo-island-04631
indonesia-flores-komodo-island-04532

Sur les traces des dragons sur l’île de Rinca

Nous accostons notre bateau dans un petit quai entouré d’une forêt de mangrove habitée par des milliers de macaques. Ici aussi, nous avons le choix entre plusieurs parcours de randonnées. Nous sommes accompagnés cette fois par plusieurs groupes de touristes plus ou moins discrets escortés par une armée de rangers. Sans grosse surprise, les seuls dragons qu’on voit sur l’île sont ceux qui sont vautrés à l’ombre autour de la cuisine et du garde manger, presque apprivoisés par les rangers. Disons qu’ici, on se sent plus dans une ambiance disneyland que dans une ambiance Indiana Jones. Malgré les avertissements des rangers, certains touristes brandissent leur go pro dans la gueule des géants qui ne bougent pas d’un cil. D’autres sont trop occupés à faire voler leur caméra attachée à un drone, ou à retoucher leur maquillage avant de prendre des selfies. C’est un véritable cirque. On s’empresse de rejoindre le chemin de randonnée.

indonesia-flores-komodo-island-04766
indonesia-flores-komodo-island-04842
indonesia-flores-komodo-island-04844
indonesia-flores-komodo-island-04768
indonesia-flores-komodo-island-04831
indonesia-flores-komodo-island-04794
indonesia-flores-komodo-island-04782
indonesia-flores-komodo-island-04774

Sur le chemin, notre guide nous montre plusieurs nids sous-terrain que les femelles creusent pour pondre leurs oeufs. Elles doivent déborder d’imagination pour protéger leur progéniture des mâles carnassiers. Elles creusent de faux nids vides pour éloigner l’attention du vrais nid qui contient les oeufs. Elles vont même jusqu’à mettre des cadavres de jeunes lézards dans de faux nids pour faire croire aux mâles adultes que le mal est fait. Qu’est ce que ne ferait pas une mère pour protéger ses enfants ? Du haut de la colline, la vue sur la baie de Rinca est spectaculaire. Nous pouvons apercevoir au loin quelques animaux sauvages, des chevaux, des buffles et des gazelles.

indonesia-flores-komodo-island-04810
indonesia-flores-komodo-island-04827
indonesia-flores-komodo-island-04822

Rinca ou Komodo, laquelle choisir ?

Vous allez entendre toutes sortes d’avis et de rumeurs sur les deux îles: qu’on a plus de chance de voir des dragons à Rinca vu qu’il y a une plus grosse concentration de varons au mètre carré, que Komodo est moins touristique que Rinca et vice versa, qu’il fait moins chaud, que c’est plus beau etc. etc. La vérité, c’est qu’il y a un gros facteur de chance qui peut faire pencher la balance d’un côté comme de l’autre. Chaque expérience est unique. Personnellement, nous avons préféré l’expérience sur l’île de Komodo pour plusieurs raisons:

  • Nous avons rencontré plusieurs dragons à l’état sauvage pendant la randonnée. Les rencontres sont totalement aléatoires, mais pour maximiser ses chances, vaut mieux y aller en début de matinée ou en fin de journée, les moments pendant lesquels les dragons sont plus actifs car la chaleur est moins écrasante.
  • Nous étions seuls à Komodo. Là encore, on a peut-être juste été chanceux. Rinca est beaucoup plus proche de Labuan Bajo et donc plus accessible et moins chère, d’où sa grande popularité. En règle générale, peu importe l’île, il vaut mieux choisir des journées en semaine plutôt que le weekend ou les jours fériés.
  • Rinca est bien plus aménagée que Komodo. Pour les amoureux de randonnée dans la nature sauvage, Komodo offre plus de choix.
  • Par contre Rinca est plus proche, les tours sont moins chers, et les animaux comme les chevaux, buffles, singes, oiseaux etc. sont plus faciles à spotter.

indonesia-flores-komodo-island-04857

Comment se rendre à Komodo et Rinca et à quel prix?

Toutes les agences de Labuan Bajo proposent des tours soit d’une journée soit de 2 jours incluant 1 nuit sur le pond du bateau (c’est très rudimentaire).La plupart des tours incluent des arrêts à plusieurs spots pour faire du snorkeling, les spots les plus connus étant Manta Point (pour nager avec les raies manta) et Pink Beach (la plage au sable rose). Nous avons payé 2 000 000IDR (150$) à 4 personnes pour 1 journée de bateau incluant la visite de Komodo, la visite de Rinca, le déjeuner et la séance de snorkeling à Pink Beach. Le prix n’inclue pas les frais du parc national, les billets d’entrée sur l’île de Rinca et Komodo et le coût du ranger qu’on paie à l’entrée de chacune des îles. C’est l’occasion de pratiquer vos talents cachés de négociation car ici tout se marchande.

indonesia-flores-komodo-island-04758

Nous allons garder des souvenirs indélébiles de l’archipel de Komodo. Des sites de plongée à couper le souffle, des rencontres avec des espèces préhistoriques, des plages paradisiaques, des couchers de soleil spectaculaires, difficile de faire mieux. De retour à Labuan Bajo, nous décidons de consacrer les prochains jours à l’exploration de l’île de Flores. Un autre roadtrip, j’adore ! T’embarques ?

indonesia-flores-komodo-island-04837
indonesia-flores-komodo-island-04860