Dans la liste des endroits insolites où loger, on se doit de mettre le séjour sur une ancienne plateforme pétrolière reconvertie en auberge et centre de plongée dans notre top 10. D’autant plus qu’elle se trouve à deux pas de Sipadan, l’île réputée comme étant un des meilleurs sites de plongée en Malaisie et au monde. Suivez-nous, on vous fait visiter.

Nous avons longtemps hésité avant de décider d’aller sur la côte Est de Bornéo, une zone de conflit qui est encore sous haute surveillance militaire (pour en apprendre d’avantage à ce sujet, je vous invite à consulter mon article sur les plus et les moins de la plongée à Sipadan). Après notre fabuleux séjour de plongée sur l’île de Layang Layang au nord de Bornéo, nous nous dirigeons vers Semporna pour embarquer dans un petit bateau à moteur qui va nous mener à notre hôtel sur pilotis qui se trouve être une ancienne plateforme pétrolière. Le Seaventure Dive Rig est une grosse structure métallique qui a servis dans l’extraction de gaz et de pétrole avant de prendre sa retraite en 1985. C’est en 1997 qu’on a décidé de la recycler en auberge et centre de plongée et de la relocaliser aux larges de la mer des Célèbes pour accueillir les plongeurs enthousiastes qui viennent des quatre coins du monde pour explorer le joyau de Bornéo, l’île de Sipadan.

Ambiance grunge au Seaventures Dive Rig

Nous sommes agréablement surpris lorsqu’on découvre la plateforme du Seaventures toute équipée au milieu de l’océan: Un pond inférieur ouvert transformé en cafétéria, restaurant et centre de plongée, une grande terrasse aménagée en solarium sur le pont supérieur avec bar, transats, et hamacs, une salle de jeu, et puis des chambres étroites comme des cabines de bateau mais propres et convenables et surtout, l’ascenseur industriel pour monter et descendre les plongeurs. C’est super original et surtout très écologique.

malaysia-sipadan-7204
malaysia-sipadan-00893-2
malaysia-sipadan-00894-2
malaysia-sipadan-00898-2
malaysia-sipadan-00908
malaysia-sipadan-00914
malaysia-sipadan-00919
malaysia-sipadan-00927
malaysia-sipadan-00941
malaysia-sipadan-00952-2
malaysia-sipadan-00970
malaysia-sipadan-00967

Plonger à Sipadan

À partir du Rig, nous avons une vue imprenable sur l’île de Mabul juste en face et nous sommes à seulement 30 minutes de bateau de Sipadan (si la mer est clémente). Sipadan, Sipadan, tout le monde ne parle que de Sipadan. Qu’est ce qu’elle a de si spécial cette île ? En fait, c’est la seule île océanique de la Malaisie formée il y a plusieurs milliers d’années à partir de couches successives de coraux qui se sont déposés dans le cratère d’un volcan endormi culminant à plus de 600 mètres au dessus du niveau de la mer, avec des murs verticaux plantés de coraux qui tombent droit vers les abysses profondes. Ces conditions géologiques particulières ont favorisé un foisonnement de vie et une biodiversité sous-marine incroyables. L’île en elle même est toute petite bordé de sable blanc fin mais toute la magie opère sous l’eau.

malaysia-sipadan-8875

Les adjectifs me manquent pour décrire la plongée à Sipadan. On n’a jamais vu autant de requins de récif au mètre carrés, des requins somnolents, d’autres un peu plus alertes en train de patrouiller les lieux, et quelques-uns en mode chasse (sans grand succès). Ce qu’on a trouvé le plus amusant cependant, ce sont les bancs de centaines de poissons, des barracudas tourbillonnants, des groupes de poissons anges, des gangs poissons perroquets géants, des formations complexes de carangues qui nous enveloppent et se dispersent dès qu’ils ressentent un danger imminent. Il est également possible (avec beaucoup de chance) de rencontrer de gros pélagiques comme des raies mantas, des requins marteaux ou même des requins baleines dans le grand bleu à certaines période de l’année, quoique ça devient de plus en plus rare.

Les coraux sont abondants et colorés mais les séquelles de la pêche à la dynamite et autres abus humains sont encore très visibles. D’ailleurs depuis le 1er janvier 2006, plus aucun séjour sur Sipadan n’est autorisé par le gouvernement malais. Tous les complexes hôteliers sur place ont été détruits dans le but de protéger l’écosystème fragile de l’île et de ses eaux. Sipadan, rendue à l’état « sauvage, » fait actuellement l’objet d’une procédure de classement, par l’UNESCO, au patrimoine mondial de l’humanité. Des militaires stationnent en permanence sur l’île pour contrôler les bateaux et les plongeurs et pour assurer la sécurité suite aux enlèvements et autres actes de violence qui ont eu lieu dans le coin (plus de détail à ce sujet dans mon prochain article). Depuis quelques années, la pêche est interdite et le nombre de plongeurs est limité à 120 par jours par permis nominatifs. Autant vous dire qu’il y a beaucoup plus de plongeurs que de permis et que la compétition est dure pour obtenir un permis. On dit qu’il faut réserver des mois à l’avance mais la réalité c’est que les permis se vendent comme aux enchères à celui qui est prêt à payer plus. C’est bien dommage !

Plonger à Mabul et à Kapalai

Les plongées sur les îles en périphérie palissent par rapport à Sipadan. Si ça ne tenait qu’à nous, on aurait plongés tous les jours, tout le temps à Sipadan. Ceci-dit, la plongée à Mabul est vraiment amusante. Vu le grand achalandage de plongeurs et snorkeleurs, les poissons ici sont très sociables, sûrement parce que les touristes ont l’habitude de les nourrir. Au site nommé Paradise, des tortues vertes géantes bien repues squattent les lieux souvent complètement inconscientes (ou en mode « je m’en fou totalement ») de la présence de plusieurs dizaines de plongeurs autour d’eux. Certains hôtels ont fait coulées des petites épaves et autres structures pour encourager la prolifération des coraux et pour attirer les poissons, et ça marche ! Les dive masters connaissent tellement bien les sites qu’ils savent exactement ou trouver chaque poisson, le poisson lion, l’énorme baudroie (frogfish), le minuscule hippocampe, les bancs de poissons anges, tous des habitués, des stars menant une vie pépère à divertir les humains. Cependant, de part la proximité au village et à tous les hôtels agglomérés sur la petite île, les récifs sont malheureusement pollués par les déchets, des plastiques, cartons, goblets, canettes et autres détritus qu’on retrouve accrochés un peu partout. On peut également entendre au loin les explosions de la pêche à la dynamite qui est en principe interdite. C’est un constat désolant.

Nous n’avons pas été très chanceux côté visibilité à Kapalai. C’était tellement brouillé qu’on avait l’impression de plonger dans un bol de soupe. Avec seulement 3 mètres grand max de visibilité, c’était extrêmement difficile de rester avec le groupe. Tout le monde s’est perdu et tout le monde s’est retrouvé finalement à la surface. La meilleure période pour plonger à Sipadan et les îles environnante est le mois d’Avril. Plus on avance dans l’année, et plus les conditions se dégradent.

malaysia-sipadan-00934

Le centre de plongée de Seaventures

Côté plongée, le séjour en pension complète au Seaventures comprend 3 plongées en bateau par jour et un nombre infini de plongées dans le site aménagé juste en dessous de la plateforme. C’est assez étonnant comment les différentes structures métalliques, poutres et autres installations ont créé au fil des ans une sorte de récif artificiel qui abrite dorénavant toutes sortes de poissons, crustacés et mollusques en tous genres, qui se sont installés confortablement ici à l’abris des prédateurs. On y a rencontré par ailleurs la plus grosse murène géante que nous n’avons jamais vu (et la plus moche aussi) sûrement gavée par les touristes, et aussi un énorme poisson mérou de 80kg qui a élu domicile ici pour profiter des restes de bouffe jetés à la mer.

malaysia-sipadan-00883
malaysia-sipadan-00961
malaysia-sipadan-00901

L’équipement du centre de plongée est en excellent état. J’ai même eu droit à une combinaison flambant neuve et à des palmes professionnelles Marès à ma taille cette fois (j’ai toujours des problèmes avec mes petits pieds). L’organisation est top. Les plongées se font en groupe de 10 personnes par dive masters ce qui est trop selon moi surtout lorsque tout le monde n’a pas le même niveau. Les dive masters sont assez strictes avec le temps de plongée et les plongeurs n’ont pas beaucoup de liberté de mouvement ce qui clash avec l’expérience que nous avons eu à Layang Layang.

Combien ça coûte ?

Nous avons trouvé quand même que les prix étaient gonflés partout dans la région et qu’il était impossible d’explorer la région à petit budget. Au Seaventures, pour un séjour pension complète de 3 nuits / 4 jours, il faut compter un minimum de 2730MYR ou l’équivalent de 630$ ou 830$CAD. Le prix n’inclut pas les taxes (6%), ni la location de l’équipement (100MYR ou 23$ la journée), ni le permis pour aller plonger à Sipadan (40MYR ou 10$ la journée). Le permis pour une journée de plongée à Sipadan n’est garanti  que pour les séjours d’un minimum de 3 nuits.

malaysia-sipadan-

Toute la région côtière du sud-est  de l’état de Sabah à Bornéo incluant les îles de Sipadan, Mabul, Kapalai et toute la zone entourant Sandakan et les centres balnéaires plus au nord sont considérés des zones dangereuses à éviter selon plusieurs gouvernement incluant le gouvernement du Canada, et ce à cause des risques élevés d’enlèvements et de violence. Je vous invite à consulter mon article sur les pours et contres du voyage à Sipadan avant de prendre votre décision d’aller ou pas dans cette magnifique région en toute connaissance de cause. Quand à nous, nous espérons sincèrement revenir un jour à une Sipadan paisible, saine, et toujours aussi peuplée de requins !

Bon vent !