L’île de Bohol aux Philippines regorge de secrets fascinants, uniques, parfois même loufoques à découvrir à son rythme: les tarsiers, les collines de chocolat, la forêt Bilar, les lucioles dansantes… Une virée en moto est le meilleur moyen de découvrir toutes ces curiosités locales. T’embarques ?


Pour explorer l’intérieur de l’île de Bohol, il y a plusieurs options: Embarquer avec un groupe de touristes dans un tour organisé. Louer les services d’un des centaines de tricycles tagués de versets de la Bible pour la journée. Prendre les transports en commun. Ou louer une moto. Nous optons pour l’option moto bien entendu. C’est donc les cheveux au vent qu’on quitte la ville de Tagbilaran et qu’on roule à travers une route étroite et sinueuse qui traverse montagnes, rizières, jungle tropicale, plantations de cocotiers, champs de fruits et légumes exotiques, et petites bourgades rustiques pour enfin arriver à notre premier stop.

Le centre de conservation des Tarsiers (30PHP)

C’est ici qu’on peut observer des tarsiers, ces minuscules petits primates aux tendances chauve-souris, à l’apparence alien qui ont certainement dû inspirer les créateurs du célèbre maître Yoda de Star Wars ou encore la sympathique créature E.T. l’extraterrestre de Spielberg. Quelques faits rigolos sur les tarsiers: Ils dorment le jour, vivent la nuit et émettent des ultrasons pour communiquer. Ils se suicident si on les met en captivité, si on leur fait peur ou si on les stresse, il ne faut surtout pas faire trop de bruit ou utiliser son flash. Ils peuvent tourner leur tête à 180° en mode exorciste parce que leurs yeux sont trop gros pour tourner dans leurs orbites. Ils mangent des insectes (ça on aime). Ils sont classés dans les espèces protégées. Et finalement, ils sont tellement laids qu’ils en deviennent mignons, vous ne trouvez pas ? Je vous invite à regarder cette courte vidéo « documentaire » HILARANTE sur les tarsiers (en anglais).

philippines-bohol-tarsier-sanctuary-07171
philippines-bohol-tarsier-sanctuary-07173

Notre guide nous annonce qu’ils en ont trouvés 4 aujourd’hui. En effet, les gardes forestiers patrouillent la forêt de Bohol tous les matins pour en trouver quelques-uns qui recevront la visite des touristes. Il nous explique qu’ils essaient de ne pas aller chez les mêmes tarsiers pour éviter de trop les stresser. Pour les tarsiers femelles enceintes, les visites sont strictement interdites. Nous suivons donc notre guide silencieusement dans le bois et il ne se passe pas 5 minutes que nous sommes déjà en face de notre premier petit tarsier somnolent. Il est difficile de s’imaginer leur petitesse et leur fragilité avant de les voir en vrai. L’expression sur leurs petits visages noyés dans l’immensité de leurs gros yeux globuleux n’a pas de prix. Proportionnellement à la taille de leurs corps, leurs yeux sont 150 fois plus gros que ceux de l’homme. C’est adorable !

philippines-bohol-tarsier-sanctuary-07190
philippines-bohol-tarsier-sanctuary-07174
philippines-bohol-tarsier-sanctuary-07176

Bon après cette overdose de « cuteness », on poursuit notre chemin vers le petit village de Loboc dont l’activité touristique principale est une croisière en bateau restaurant sur la rivière du même nom.

La croisière sur la rivière Loboc

La croisière sur la rivière Loboc semble offrir la meilleure opportunité d’observer la faune et la flore de la forêt tropicale et la vie des villageois installés sur le flanc de cette magnifique rivière. Malheureusement, les organisateurs ont transformés ce qui pourrait être une activité authentique écologique tranquille en restaurant flottant du genre « la croisière s’amuse » avec karaoké, buffets et boissons alcoolisés « cheap » à volonté. Je vous laisse imaginer le résultat. C’est indéniablement le plus gros attrape-touriste sur l’île de Bohol, et nous nous sommes contentés d’observer les bateaux bondés de touristes enivrés cracher les décibels des tubes des années 80 et polluer ce cadre idyllique.

philippines-bohol-loboc-07206
philippines-bohol-loboc-07211

L’église de Loboc

A quelques centaines de mètres de l’embarcadère de « la croisière s’amuse » se trouve l’église de Loboc. Elle a malheureusement été détruite par le tremblement de terre de 2013 en même temps que beaucoup d’autres églises et maisons, mais même les ruines sont impressionnantes. En plus, juste en face, c’est une station de Jeepney, ces vieilles jeep américaines de la seconde guerre mondiale reconverties en drôle de transport en commun. Les proprios débordent d’originalité lorsqu’il s’agit de les « pimper ». Celles qu’on a vu à Bohol sont de loin les plus créatives.

philippines-bohol-loboc-07213
philippines-bohol-loboc-jeepney-07346
philippines-bohol-loboc-jeepney-07351

La forêt Bilar

Le prochain point d’intérêt sur la route est la traversée d’une forêt d’acajous. La particularité de cette forêt est qu’elle est en fait le fruit d’un projet de reforestation pour remédier à la déforestation massive et destructive au feu qui a eu lieu à l’époque de la seconde guerre mondiale pour créer des terrains d’agriculture. Le projet est tout un succès. La forêt est d’une esthétique parfaite et on peut ressentir la fraîcheur de l’air à l’ombre de cette forêt massive d’acajous géants. Très agréable!

philippines-bohol-motorcycle-0843487
philippines-bohol-loboc-mahogany-man-made-forest-07218

Les Chocolate Hills (50PHP)

On garde le meilleur pour la fin: Les Chocolate Hills, les collines de chocolat, l’attraction principale de l’île, l’emblème de Bohol. La première fois que j’ai entendu le nom Chocolate Hills, je ne savais pas trop ce que c’était, mais il y a le mot « chocolat » dans le nom, et ça c’était suffisant pour attiser ma curiosité. Puis, la première fois que j’ai vu une photo des Chocolate Hills en flânant sur Pinterest entre deux meetings au bureau dans mon ancienne vie, je pensais que c’était un gros trucage Photoshop tellement ça paraissait irréel. La photo faisait partie d’une sorte d’article du genre «  Le top 20 des endroits naturels incroyables mais vrais, le numéro 10 va vous faire tomber par terre.« . Je n’aurais jamais pensé qu’une année plus tard, je témoignerais de mes propres yeux de l’existence d’une telle manifestation artistique de dame nature.

Mais qu’est ce que c’est ? Les âmes romantiques peuvent croire à la légende que ce sont les larmes solidifiées d’un géant languissant en peine d’amour. En réalité, c’est une formation géologique composée de plus de 1000 collines en forme de cône, d’une hauteur variant entre 30 et 50 mètres, réparties sur une superficie de plus de 50 kilomètres carrés. Ces drôles de dômes naturels se sont formés il y a 2 millions d’années par l’accumulation sous-marine de couches successives de corail et de coquillage. C’est plus tard, par le phénomène de la tectonique des plaques, que la formation a pu émerger en dehors de l’eau. Par la suite, l’érosion due aux pluies et aux vents a donné ces formes de cônes et de ballons aux Chocolates Hills. Ces collines verdoyantes se transforment en montagnes de chocolat lorsque le soleil brunit leur végétation pendant la saison sèche (de décembre à mai). C’est une rareté géologique saisissante unique à Bohol ! Elles sont pas mal vertes en cette période de l’année donc moi, ça me rappelle le décor du jeu Super Mario Bros, il ne manque que les gros tuyaux et les champignons.

philippines-bohol-chocolate-hills-07222
philippines-bohol-chocolate-hills-07224
philippines-bohol-chocolate-hills-07225

Alors, je m’attendais à ce que l’endroit soit inondé de petites échoppes qui vendent des souvenirs et des babioles inutiles, des peluches de tarsiers, des chocolats en forme de collines (je garde le copyright pour cette idée ingénieuse), de la crème glacée au chocolat, mais pas du tout, RIEN. En tout cas, pas encore. Et il est assez simple d’échapper aux hordes de touristes en arrivant ici pour le lever ou le coucher du soleil.

philippines-bohol-chocolate-hills-07301

Bien entendu, comme nous avons un peu des tendances masos, nous avons décidés de revenir aux collines de chocolat le lendemain pour admirer le lever du soleil . Le trajet en scooter à partir du centre ville de Tagbilaran prend 1h30. Donc réveil douloureux à 3h45 du matin et départ à 4h pour espérer arriver juste avant l’aube. Mauvais calcul! 5h du matin: nous traversons la forêt Bilar alors qu’on commence déjà à apercevoir les premières lueurs du jours. Nooooooonnnn, nous allons rater le moment fatidique où les collines sont encore plongées dans la pénombre et dans une brume épaisse. Finalement, on arrive au sommet de l’observatoire juste à temps pour contempler les premiers rayons de soleil réchauffer le fond de l’air, soulever la brume et dévoiler les courbes voluptueuses de dame nature sous une lumière dorée. Nous sommes seuls, absolument tout seul. C’est magique !

philippines-bohol-chocolate-hills-07261
philippines-bohol-chocolate-hills-07271
philippines-bohol-chocolate-hills-07255
philippines-bohol-chocolate-hills-07275

Alors, est ce que ça valait le coup de s’extirper de notre lit si tôt ? ABSOLUMENT ! Même qu’on aurait du se réveiller une demi heure plus tôt. Avis aux gros motivés comme nous, ça nécessite un départ à 3h30 du matin. Sachez aussi qu’il est possible de s’approcher et de slalomer autour des collines à travers des chemins de terre qui traversent les petites fermes avoisinantes. Il suffit de prendre le premier sentier de terre battue à gauche sur le chemin de retour vers Tagbilaran après avoir dépassé les premiers stands de fruits. Demandez votre chemin aux locaux, ils se feront un plaisir de vous l’indiquer.

En rentrant chez nous, on passe cette fois par la route côtière du sud de l’île de Bohol qui offre des paysages totalement différents. Il est possible de prendre le petit déjeuner au bord de l’eau dans une des petites cabanes en bois en front de mer. Il est presque impossible de se perdre. C’est une excellente petite virée en moto qui nous a amenés à voir une toute autre facette des Philippines au delà des plages paradisiaques.

Autres activités dans la région

  • Eco-Tourism Adventure park (350PHP): La raison pour laquelle il y a « eco-tourism » dans le nom est un mystère mais c’est un parc d’attraction qui a l’air pas mal fun. On peut y faire du ziplining, de la tyrolienne, grimper aux arbres, faire du vélo sur une corde suspendue dans les air et toutes sortes d’activités loufoques, avec les collines de chocolat en toile de fond.
  • Hanging Bamboo Bridge: C’est comme le titre le dit, un pont suspendu en bambou, ni plus ni moins. Mais on dit que c’est le plus dangereux au monde… Il se situe sur la route entre Loboc et les Chocolate Hills.
  • Bohol Bee farm: C’est une ferme organique avec une sorte de boutique hôtel situé sur la plage et LE meilleur restaurant gastronomique de la région avec des produits frais et santé. Essayez les muffins aux citrouilles ou la salade de fleurs.
  • Faire le tour des églises: Plusieurs ont été restaurées après le tremblement de terre de 2013. L’influence européenne et catholique est très palpable dans la région que ce soit dans l’architecture ou les moeurs des gens.
  • Kayak nocturne et danse des lucioles: C’est une des activités des plus inattendues et une de nos préférées à Bohol et aux Philippines. On vous en parle dans notre prochain article.
  • Faire de la plongée sous-marine ou du snorkeling au large de l’île de Balicasag.

Où dormir à Bohol

  • Au centre ville de Tagbilaran
    • Nisa Travellers hotel (chambre climatisée à 850PHP, fan à 600PHP): Un petit hôtel situé en plein coeur de la ville avec un service impeccable et des prix très avantageux.
  • Sur la plage
    • Bohol Bee Farm: Une ferme organique avec un hôtel boutique chic et un restaurant gastronomique. Pas du tout pour les petits budgets mais il faut bien se faire plaisir des fois.
    • À Alona Beach sur Panglao Island, au Sud de Bohol, Il y a toutes sortes d’hébergement mais attention, c’est très touristique, très cher, et pas vraiment à la hauteur des autres destinations plage magnifiques des Philippines comme les îles de Palawan ou l’île de Malapascua par exemple.
  • Dans la jungle
    • Nuts Huts: Un endroits parfait pour les backpackers avec une vue imprenable sur la rivière Loboc et plusieurs activités de plein air planifiées tous les jours. Attention, accès difficile et pas de wifi!

Location d’une moto à Bohol

Il n’y a que 2 endroits pour louer des motos à Tagbilaran donc pas vraiment de compétition sur les prix. Un petit scooter manuel ou automatique coûte 500PHP pour 24h et 100PHP pour chaque heure supplémentaire. Ils peuvent livrer la moto à l’hôtel et revenir la chercher, donc le meilleur moyen de réserver la moto est de passer par l’hôtel. Il vaut mieux réserver au moins une journée à l’avance et bien insister sur l’inclusion des casques (des vrais, pas des bols pour vélos ou des casques de construction).

Des questions, des précisions, des commentaires sur l’exploration de Bohol ? Posez les dans la section commentaires ci-bas.

Bon vent !

Tu aimes cet article ?

Épingle le sur Pinterest !

À la découverte des curiosités géologiques de l'île de Bohol aux Philippines