Nous avons rarement vu un paysage aussi stupéfiant que celui des terrasses de riz de la cordillère des Philippines, façonnées à la perfection par l’ancien peuple des Ifugao il y a plus de 2000 ans, et classées depuis peu au patrimoine mondial de l’UNESCO. On vous emmène en randonnée de Banaue à Batad à Bangaan à travers ce paysage culturel vivant d’une beauté incomparable, où l’homme et l’environnement vivent en parfaite harmonie.

Les Philippines, ce ne sont pas que des plages paradisiaques et des fonds marins grouillants de vie. Ce sont aussi des paysages montagneux à couper le souffle et une ancienne culture tribale bien vivante. Les montagnes de la cordillère des Philippines au nord de l’île de Luzon, percent les nuages à plus de 2800 mètres d’altitude. Elles sont en même temps adulées, idolâtrées, et redoutées par la minorité ethnique Ifugao, une communauté qui occupe ces lieux depuis des milliers d’années. Les rizières en terrasse qui épousent les courbes des montagnes, sont le fruit des traditions sacrées des Ifugao et d’un savoir-faire vieux de 2000 ans, transmis de génération en génération. Dans cet article, nous regroupons tout ce qu’il faut savoir pour explorer ce chef d’oeuvre de la nature et de l’homme, en plus de rencontrer les descendants de cette ancienne civilisation Ifugao, qui veuillent toujours à préserver le patrimoine de leurs ancêtres. Le circuit qu’on vous propose ici (Manile – Banaue – Batad – Bangaan – Banaue – Manile) prend un minimum de 3 jours à compléter, et met l’emphase sur les petites bourgades entourant les rizières les plus populaires et les chemins de trek les plus accessibles de la cordillère. Croyez nous, vous allez en avoir plein la vue !

De Manile à Banaue

La majorité des visiteurs aux Phillipines vont d’abord atterrir à Manile, la capitale, située sur l’île de Luzon. Manile est souvent juste une ville de passage pour aller vers d’autres destinations beaucoup plus exotiques. La cordillère des Philippines se situe à plusieurs centaines de kilomètres au nord de Manile, et est seulement accessible à travers une route accidentée et sinueuse.

Comment se rendre à Banaue à partir de Manile:

  • En bus (450 PHP ou 12$): Prendre un des bus de nuit de la compagnie Ohayami qui quittent Manile de la station de bus Ohayami près de UST (Lacson Avenue intersection Fajardo Street) tous les jours à 21h (et à 22h en haute saison), et qui arrivent à Banaue 8h à 9h plus tard. Il est préférable de réserver son siège à l’avance par téléphone en demandant l’aide de votre hôtel à Manile, ou tout seul en suivant les instructions sur le site d’Ohayami. Lorsque tous les sièges sont vendus, ils rajoutent des chaises en plastique ou des bancs rétractables dans l’allée entre les sièges pour faire voyager les retardataires. C’est déjà assez pénible de voyager de nuit sur un siège de bus normal, alors imaginez le siège en plastique dans l’allée: le calvaire total ! D’autant plus que c’est le même prix… L’arnaque du siècle. Alors réservez votre siège à l’avance par téléphone et présentez vous à la station au moins 1h30 avant le départ pour payer et récupérer votre billet.
  • En voiture: Pour ceux qui veulent éviter de passer la nuit à somnoler dans un bus frigorifié. Louez une voiture à Manile en groupe et séparez les coûts et les longues heures de conduite entre vous. Avec plus de sous, il est possible de louer une voiture avec chauffeur / guide privé.

Les indispensables à avoir sous la main dans le bus:

  • Un pull, un foulard, des chaussettes, une tuque, des gants, je ne sais pas, tout ce qui va vous garder au chaud parce que ces maniacs mettent la climatisation à fond pour essayer de recréer un microclimat sibérien à l’intérieur du bus, avec beaucoup de succès.
  • Votre coussin de voyage préféré. Les sièges s’inclinent quand même assez pour vous permettre de dormir.
  • Des boules kiece ou votre lecteur mp3 préféré.
  • Un cadenas pour fermer votre sac ou mieux encore, le cadenasser à quelques chose dans le bus pour éviter les vols pendant que vous roupillez.

Les indispensables à emmener dans le sac:

  • Du cash: Je veux dire des vrais billets d’argent en pesos. Les cartes de crédits ne sont acceptées nul part. Il n’y a souvent pas de guichets automatiques, et même lorsqu’il y en a un, il est en panne. Il n’y a même pas de réception téléphonique à Batad, et les pannes d’électricité sont fréquentes, donc on range nos visa et amex bien au chaud et on remplis nos portefeuilles de billets. Prévoyez votre budget, retirez des pesos ou échangez vos devises à Manile pour bénéficier d’un meilleur taux.
  • Des bottes de trek ou de bonnes chaussures de marche: Les sentiers (s’il y en a) sont quand même très irréguliers, et selon la saison, plus ou moins boueux et glissants. J’invite les apprentis randonneurs à lire mon petit guide de trek 101 avec toutes les astuces pour réussir ses randonnées.

Où loger à Manile

Ça vaut la peine de passer une ou deux nuits à Manile histoire de vivre cette effervescence typique des grandes métropoles asiatiques. Il y a pleins d’options d’auberges et d’hôtels pour tous les budgets à Makati, le quartier préféré des visiteurs et des locaux.

  • Le Z Hostel (450 PHP ou 12$ le lit): Une auberge flambant neuve immaculée et bien pensée qui a ouvert ses portes en janvier 2015. Des tarifs promotionnels d’ouverture sont en cours jusqu’à juillet 2015. La terrasse sur le toit se transforme en un bar très populaire auprès des voyageurs mais surtout des jeunes filipinos aisés. Il y a également une agence de voyage sur place qui peut vous aider à planifier vos prochaines activités. Il serait difficile de faire mieux à ce prix au beau milieu de la capitale.

Banaue

Le village de Banaue représente le centre de la culture Ifugao. On y organise chaque année le très attendu festival de la culture indigène Ifugao, pendant lequel les locaux arborent leurs plus beaux costumes traditionnels, et se remémorent les traditions de leurs ancêtres à travers chants, danse, contes, sacrifices, festins et compétitions rigolotes en tout genre. Ça vaut VRAIMENT le détour ! Je vous parle de ce festival haut en couleur dans un article séparé ICI. De part son accessibilité, le village de Banaue est désormais envahi par le tourisme, et hormis la saison des festivals, il est préférable de ne pas trop d’y éterniser. Heureusement, on peut facilement s’échapper des touristes en se rendant aux villages de Batad ou Bangaan.

Quand aller à Banaue

Les terrasses de riz à Banaue sont au summum de leur beauté entre Juin et Juillet (la période de cultivation) et entre Février et Mars (la période de nettoyage et de plantation). Les saisons varient de quelques semaines selon le climat de l’année. Nous nous sommes rendus à Banaue le 27 Avril 2015, juste à temps pour assister à l’ouverture du festival annuel de la culture Ifugao qui a eu lieu du 27 au 29 Avril 2015. Les terrasses de riz étaient fraîchement plantées et certaines étaient inondées ce qui formait un merveilleux panorama.

Où loger à Banaue

  • Banaue Homestay (400 PHP ou 10$ la nuit): Une petite auberge tenue par une très gentille filipina sur la route de Bontoc à 5 minutes du centre ville.
  • Native Village Inn (1600 pesos ou 50$ la nuit): Un endroit d’une tranquillité sanctuaire, isolé à 7 kilomètres du centre ville, perché en haut d’une colline avec une vue 360 degrés imprenable sur les rizières. On dort dans des huttes traditionnelles sur pilotis avec des toits végétaux. C’est très typique. La nourriture pour le prix laisse à désirer. Les levers de soleil dans la brume sont à tomber par terre. Pour aller en ville, embarquez dans un des Jeepneys publics (40 PHP) qui passent entre 7h et 9h du matin sur la route principale. Vous pouvez vous installer sur le toit pour ne rien rater des paysages.

Quoi faire à Banaue

  • Assister au festival annuel de la culture Ifugao (en Avril). La date exacte diffère chaque année selon la saison de la plantation du riz)
  • Faire des courtes randonnées dans les environs de Banaue pour admirer les anciennes terrasses de riz sculptées à la main avec de la boue, contrairement aux terrasses en pierre des autres rizières de la cordillère. On peut emprunter plusieurs sentiers qui traversent les petits villages de Tam-an, Poitan, Matangiag et Bocos jusqu’au viewpoint. Il est préférable d’y aller avec un guide si on ne veut pas se perdre. Tout le monde s’improvise guide en ville.

De Banaue à Batad

Comment se rendre à Batad à partir de Banaue

Le village de Batad est en ce moment inaccessible par le chemin pavé. Il faut se rendre jusqu’à la fin du chemin pavé à l’embouchure du chemin pédestre vers Batad ou ce qu’ils appellent « the Saddle ». À partir de là, c’est une randonnée à pied de 45 minutes jusqu’au village de Batad. La route pavée est en construction et dans quelques année, les véhicules vont pouvoir se rendre jusqu’au village de Batad à travers une route goudronnée. D’ici là, on peut encore profiter d’être presque tout seul dans ce petit coin de paradis authentique dont l’inaccessibilité en démotive plus d’un. On peut se rendre au « Saddle » de plusieurs façon:

  • En Jeepney public (50 PHP par personne l’aller simple pour les locaux et officiellement 150 PHP pour les touristes mais vous pouvez toujours négocier avec le gentil chauffeur pour payer le prix local): Apparemment, il y a des Jeepneys publiques qui se rendent au « Saddle » 2 fois par jour, mais personne ne semble savoir quand exactement. Les Jeepney sont souvent stationnés à la place principale au centre ville de Banaue ou plus bas près du pont, et prennent la route dès qu’ils sont pleins. On raconte qu’on a plus de chance d’en trouver en début de matinée ou parfois en début d’après midi. Pour nous, ces Jeepney publics fantômes sont restés un mystère…
  • En jeepney privé (1500 à 2000 PHP l’aller simple à partager selon le nombre de personnes. Max 20 personnes): Si vous êtes en groupe, vous pouvez louer un Jeepney à vous tout seul. C’est le moyen le plus confortable et le moins cher si vous êtes suffisamment nombreux. Le trajet en Jeepney est toute une expérience en soi. Si vous êtes courageux, montez sur le toit, accrochez vous bien et admirez les magnifiques paysages !
  • En tricycle (Le prix officiel est 600 PHP l’aller simple mais vous pouvez le négocier à 300 ou 350 pesos. max 3 personnes): Le tricycle est moins confortable mais c’est plus flexible car vous pouvez en trouver à tous les coins de rue à n’importe quelle heure. C’est plus facile de négocier en début d’après midi lorsqu’ils doivent déjà se rendre à Batad pour récupérer d’autres touristes.
  • À pied: C’est à peu prêt 15 kilomètres. Oui oui, il y a des sado maso qui font ça…

Peu importe le moyen de transport, assurez-vous de demander au chauffeur de revenir vous récupérer le lendemain sur la route principale à la jonction de Bangaan ou au « Saddle » (si vous décidez de ne pas trekker jusqu’à Bangaan).

Quoi emmener dans son sac

  • Approvisionnez vous d’eau ! À cause de l’inaccessibilité du village, le prix de l’eau à Batad est 4 fois plus cher qu’en ville.
  • Ramenez des barres de céréales protéinées pour le boost d’énergie dont vous aurez besoin pour monter et descendre toutes ces marches interminables.

Batad

Batad est un minuscule village pittoresque au creux d’un colossal amphithéâtre de rizières vertes fluo, d’une beauté déchirante, qui tapissent les montagnes en créant une sorte d’illusion d’escaliers interminables vers les étoiles. C’est somptueux! Pas étonnant que ce site soit classé comme patrimoine de l’humanité de l’UNESCO. Les rizières de cette région sont une illustration immuable d’une civilisation ancienne qui a résisté aux nombreux défis et revers causés par la modernisation. La première fois que nous avons vu Batad, nous avions littéralement le souffle coupé. Les photos se passent de commentaires. J’espère que vous aimez la couleur verte…

philippines-batad-rice-terraces-04682

Quand aller à Batad

Il y a deux périodes de plantation par an à Batad. Les terrasses sont les plus vertes entre Avril et Mai et entre Octobre et Novembre. On cultive le riz au mois de Juin et Décembre donc les terrasses vont être toutes dorées durant cette période. Évitez d’y aller entre Juillet et Août pendant la saison des pluies parce que le terrain devient dangereusement boueux et glissant.

Où loger à Batad

Il y a une multitude de guesthouse et de homestay sur le chemin vers le village, et au village de Batad. Lorsqu’on séjourne chez l’habitant, il faut s’attendre à un confort minimal, des installations basiques mais une belle chaleur humaine. Il faut se rappeler qu’il y a à peine 2 ans, il n’y avait même pas d’électricité ici et seulement 1 ou 2 endroits ou passer la nuit en tant que visiteur. Ça évolue malheureusement (ou heureusement pour les habitants) à une vitesse vertigineuse depuis que la communauté internationale a eu ouïe de ces magnifiques rizières vertigineuses qui défient les lois de la gravité.

  • Ramon’s Native Homestay (1500 PHP la hutte pour un max de 4 personnes, ou 250 PHP par personne dans une chambre régulière): C’est un des seuls endroits ou on peut encore passer la nuit dans une hutte Ifugao traditionnelle et Ramon en est très fier. C’est situé sur une colline qui surplombe le village de Batad.
  • Foreigner’s Inn (400 PHP la chambre): Une guesthouse familiale propre située à un endroit stratégique au milieu des rizières du village de Batad, dans lequel on peut observer les locaux vaquer à leurs occupations quotidiennes.

Quoi faire à Batad

  • Trek vers les chutes de Tappia (45min à 1h de marche l’aller simple): C’est un trek très sportif mais qui reste accessible à tous. Les marches à monter et à descendre sont irrégulières et hautes comme des immeubles donc un bâton de marche est des plus utile. Les « Tappia waterfalls » sont d’autant plus belles lors d’une matinée ensoleillée. Un arc en ciel est alors formé en permanence à la base des chutes. Allez-y avant 8h30 du matin pour éviter les hordes de touristes qui viennent passer la journée en mode éclair à Batad. Pour se rendre aux chutes à partir du village de Batad, empruntez le chemin qui monte jusqu’au promontoire à gauche du « Waterfall side lodge » et redescendez les centaines de marches en pierre vers le creux des montagnes. Suivez le son rugissant de l’eau pour vous rendre jusqu’au pied de la cascade haute de 30 mètres qui se déverse dans une belle piscine creuse aux couleurs émeraudes. L’eau est très rafraîchissante mais attention au courant !
  • Trek au Awa View Deck (2h – 2h30 de marche l’aller simple): C’est un passage utilisé par les locaux pour traverser entre les villages de Batad et Sitip Patpat, et c’est un trek avancé avec une montée en continu jusqu’au plus haut point où l’on a une vue presque aérienne de l’amphithéâtre des terrasses de Batad. À essayer seulement si on est en bonne condition physique.

Une fois avoir visité Batad, vous pouvez décider de revenir sur vos pas et remonter le chemin vers « The Saddle » (1h à 1h30 de marche) OU longer les montagnes et les terrasses de riz vers les prochaines terrasses protégées du village de Bangaan (3h à 3h30 de marche).

Trek de Batad à Bangaan

C’est un trek de 3h à 3h30 assez ardu entre le village de Batad et le village de Bangaan. La première partie du trek se passe sur les bordures des terrasses de riz parfois à des hauteurs assez vertigineuses. Il est plutôt difficile de retrouver son chemin vu que certaines terrasses mènent à des culs de sac et qu’il faut donc rebrousser chemin si on se trompe de route. Nous n’avons pas pris de guide et avons fait confiance à la bonté des locaux qui ont su nous guider vers le bon chemin tout le long, mais vu la difficulté et le danger imminent des terrasses en hauteur, il est recommandé de prendre un guide au moins pour la première partie du trek jusqu’au pont. Après le pont, le chemin de randonnée dans le bois est très bien défini. Il sillonne le flanc des montagnes au milieu d’une forêt dense avec quelques éclaircis sur les terrasses de riz omniprésentes tout le long du trajet. Nous étions fier d’avoir survécu à Batad et vous le serez aussi. Le chemin de trek se termine à l’embouchure avec la route pavé. D’ici, vous pouvez prendre un des moyens de transport disponible pour revenir à Banaue ou décider de continuer votre chemin en descendant la vallée vers le village de Bangaan.

Bangaan

Bangaan est un minuscule petit village pittoresque condensé, entouré de plusieurs couches de terrasses de riz, formant un tableau d’une beauté impressionnante. Il est possible d’avoir une vue panoramique sur la vallée abritant Bangaan à partir d’un viewpoint situé quelques kilomètres plus loin sur la route pavée. C’est d’une symétrie et d’une esthétique étonnantes. Franchement, chapeau bas aux Ifugao !

philippines-bangaan-rice-terraces-05084

Où loger à Bangaan

Très peu de visiteurs décident de loger à Bangaan, sûrement à cause du manque d’infrastructure, mais certainement aussi à cause de l’effort physique requis pour descendre et remonter la vallée à pieds.

  • Family Inn: Situé à 2 kilomètres de marche de la route, c’est probablement la seule auberge décente du village.

De Bangaan/Batad à Banau

Comment revenir à Banaue

Une fois sur le chemin pavé (que ce soit à l’embouchure avec le chemin pédestre de Batad ou de Bangaan), il s’agit de reprendre un des moyens de transport disponible pour revenir à Banaue. Si vous avez bien prévus votre coup, votre Jeepney ou votre tricycle de la veille vous attend à l’embouchure des chemins de trek tel que convenu. Si vous n’avez pas prévu de moyen de transport à l’avance, ce n’est pas idéal mais il vous reste quand même quelques options:

  • Le bus publique du matin: C’est un bus qui passe en début de matinée et qui transporte les villageois entre les différentes petites bourgades. Il suffit de lui faire signe de s’arrêter pour qu’il vous embarque. C’est le moyen le plus authentique et le moins cher pour revenir à Banaue mais il n’est disponible qu’entre 7h et 9h du matin environ.
  • Un Jeepney public: Encore une fois, il n’y a pas de calendrier ou d’heures de départ. C’est juste une question de chance si vous tombez par hasard sur un jeepney qui transporte des villageois vers Banaue. C’est souvent aux petites heures du matin que vous aurez le plus de chances d’en croiser.
  • Un Jeepney privé: Il faut espérer qu’un groupe privé arrive en même temps que vous sur le chemin et que les membres aient l’amabilité de partager leur moyen de transport privé.
  • Un tricycle:Les tricycles qui vont être parqués sur le chemin sont souvent là pour récupérer quelqu’un avec qui ils ont déjà négociés une entente la veille ou quelques jours auparavant. Demandez leur s’ils sont libres, ou sinon s’ils peuvent appeler un autre tricycle pour vous.

De Banaue à Manile

Et c’est parti pour un autre bus de nuit qui quitte Banaue à 18h (et à 19h en saison haute) pour arriver à Manile 8h à 9h plus tard. Le bus quitte à partir du terminal située en haut des marches sur la route de Bontoc. Achetez votre billet de retour au moins 24h plus tôt au comptoir du terminal pour assurer votre place assise. Le bus arrive suffisamment tôt à Manile entre 4h et 5h du matin pour permettre aux voyageurs de se diriger directement à l’aéroport pour voler vers les îles du sud des Philippines ou vers d’autres destinations. Suivez ce lien pour en savoir plus sur le statut de patrimoine de l’humanité des terrasses de la cordillère des Philippines. Si vous êtes intéressés par les efforts pour préserver les terrasses ou pour en savoir plus sur les terrasses, visitez le site du mouvement de sauvegarde des terrasses ifugao au sitmo.org. Questions, commentaires ou suggestions, partagez les dans la section commentaires ci-bas. Bon vent !

Tu aimes cet article ?

Épingle le sur Pinterest !

Guide d'exploration des terrasses de riz de Banaue, Batad et Bangaan