C’est un pur concours de circonstances qui nous mène à Moore’a, la petite île soeur de Tahiti. C’est ici que nous allons vivre notre toute première expérience de couchsurfing, autrement dit, du squattage chez de parfaits inconnus sans aucune compensation monétaire, une expérience qui s’avère être très souvent un échange culturel enrichissant sur lequel on ne peut pas vraiment coller un prix. 

On s’était créé un profil sur le site web #1 de couchsurfing avant de partir en voyage mais nous n’avions pas encore eu l’occasion de l’utiliser, que ce soit en tant qu’hôtes ou en tant que surfeurs. L’Amérique du Sud n’est peut-être pas le meilleur endroit pour s’initier au couchsurfing, mais pourquoi pas la Polynésie ? En naviguant à travers les profils des locaux qui se proposent d’accueillir des voyageurs chez eux à Tahiti et ses environs, je remarque tout de suite qu’il y a un grand nombre d’expatriés français, suisses, américains, belges, qui se sont établis sur une des îles de la Polynésie française depuis peu, ou qui sont seulement de passage pour des contrats ou des projets à durée déterminée. Je remarque aussi que nous partageons souvent beaucoup de points communs avec ces parfaits inconnus: une grande ouverte d’esprit, la piqûre du voyage, une passion pour l’échange culturel, une soif d’aventure, et surtout un esprit inhérent de partage et d’entraide. J’ai donc pris contact avec deux trois personnes sur Tahiti et Moore’a sans me faire trop d’attentes. À ma grande surprise, je reçoit une réponse favorable quelques jours plus tard d’un jeune père de famille français, Hubert, qui a élu domicile depuis peu à Moore’a avec sa femme et ses deux bébés filles. Il ne peut nous accueillir aux dates que j’avais proposées mais il nous invite à des dates alternatives. L’île de Moore’a, c’est la porte à côté. On voit sa silhouette au loin du port de Tahiti. Il y a des ferries à un prix très abordable qui quittent les quais de Tahiti tous les jours. Et la petite famille d’Hubert a l’air absolument adorable. Pourquoi pas ? On y va ? On y va !

Le ferry Aremiti à l’air flambant neuf et la brève traversée de Tahiti vers Moore’aest très agréable. L’île montagneuse en forme de coeur entourée d’une ceinture corallienne se révèle majestueusement à l’horizon alors qu’on s’en approche lentement mais sûrement.

Arrivée en ferry à Moorea

Arrivée en ferry à Moorea

Arrivée en ferry à Moorea

Arrivée en ferry à Moorea

Il n’y a aucun transport en commun sur l’île de Moore’a, donc à l’arrivée, on se dépêche de louer une petite voiture pour pouvoir se déplacer sur les 62km de route côtière à notre gré. Dès les premiers kilomètres, nous sommes sous le charme. La petite île de Moore’a n’a absolument rien à envier à sa grande soeur Tahiti. À seulement 25 minutes de ferry (ou 10 minutes d’avion) de Tahiti, le contraste est saisissant. À Moore’a, on se sent à des années lumière du brouhaha de Papeete et au coeur d’une nature luxuriante. Sur la route côtière, des plages aux couleurs époustouflantes se succèdent. Nous avions préparé un petit panier picnic à manger sur le bord du chemin lorsqu’on aura trouvé un petit coin sympa. Hé bien nous sommes servis. Les coins sympas, il y en a à gogo. Nous avons juste l’embarras du choix.

Vue panoramique du lagon de moorea

picnic au bord du lagon de moorea

picnic au bord du lagon de moorea

le lagon de Moorea

picnic au bord du lagon de moorea

tortue de mer à Moorea

Mais cette île est absolument splendide ! Les locaux nous indiquent un passage secret par lequel on peut accéder à une petite plage de sable tranquille. C’est l’heure de la sieste à Moore’a. Bon, on ne va pas se faire prier, on fait la sieste sous l’ombre d’un cocotier, juste par respect pour la culture locale bien entendu :)

Plage à moorea

Plage à moorea

Il commence à se faire tard et nous avons hâte de rencontrer notre famille d’accueil. En même temps, nous ne savons pas du tout à quoi nous attendre et nous nous sentons à la limite gênés de nous introduire comme ça dans la vie de cette petite famille comme un cheveu sur une soupe. Nos angoisses s’évaporent à la minute qu’on fait la connaissance d’Hubert, sa femme Hélène et leurs deux adorables bouts de choux, Maeva et bébé Olina. Ils habitent dans une grande maison à ère ouverte qu’ils partagent avec des locataires saisonniers. Ils ont l’habitude de recevoir des couchsurfers, souvent des backpackers comme nous qui s’arrêtent à Tahiti dans le cadre d’un plus long périple. Ils sont eux-mêmes de grands voyageurs qui ont souvent été logés et aidés par les locaux dans les pays qu’ils ont visités, donc le couchsurfing est un peu leur moyen de redonner à la communauté de voyageurs, de passer le flambeau. Les filles ont l’habitude de se lever aux premières heures du matin vers 5h et Hubert prend le premier ferry tous les jours pour aller travailler à Tahiti, donc ils se mettent rapidement au lit. Nous passons alors toute la nuit à discuter avec Hélène et un de ses locataires, de sujets d’actualité, de différences de culture, de religion, des enfants, de bouffe. On n’a pas vu le temps passer. J’étais persuadée qu’on allait dormir sur le canapé du salon mais Hélène avait déjà préparé notre lit dans une chambre privée. Quelle belle surprise ! On est mieux lotis ici que dans certaines auberges que nous avons eu le malheur d’essayer.

Le lendemain, on continue notre roadtrip en empruntant cette fois les routes secondaires, souvent juste des pistes en terre battues presque impraticables qui mènent vers l’intérieur de l’île et qui s’interrompent abruptement en cul de sac. On comprend mieux pourquoi il est recommandé dans les guides de s’aventurer sur ces chemins en 4×4, en quad ou à cheval. À défaut d’avoir une route des vins, Moore’a possède « la route de Monoi » et « la route de l’Ananas », ainsi qu’une usine de fruits Rotui dans laquelle ils organisent des visites et des dégustations de jus de fruits frais, et de liqueurs à base de fruits tropicaux. Ça c’est original ! L’intérieur de l’île est un véritable jardin d’Eden fleuri et parsemé de plantations d’ananas, de bananiers ou de vanille cernées par des flancs de montagnes verticales. Nous poursuivons notre chemin jusqu’au belvédère qui offre une vue panoramique sur les 2 baies de l’île séparées par les imposantes montagnes. C’est d’une beauté majestueuse !

L'intérieur de l'ile de Moorea

L'intérieur de l'ile de Moorea
plantation d'ananas sur Moorea
L'intérieur de l'ile de Moorea
L'interieur de l'ile de Moorea
L'interieur de l'ile de Moorea
Route du belvédère de Moorea
Belvédère de Moorea

Un petit oiseau nous a dit qu’il y a une cascade non loin d’un des villages de l’île, accessible uniquement après une courte randonnée d’environ 1h dans le bois. 1h de marche et quelques piqûres d’insectes plus tard (pour ma part parce que Mike ne se fait jamais piquer), on arrive à cette cascade sacrée, qui je l’avoue en valait le détour (et les piqûres).

Route vers la cascade de Moorea

Route vers la cascade de Moorea

cascade de Moorea

Polynesie francaise moorea 03327

À l’autre bout de l’île, les complexes hôteliers sont bâtis dans des cadres idylliques et se fondent dans le décor. Pas besoin d’être des clients des grands hôtels pour profiter de certaines de leurs infrastructures. Bien que ce soit la saison haute, on dirait que l’île absorbe avec beaucoup de grâce les hordes de touristes tout en gardant son charme authentique et son atmosphère sereine et tranquille. Mais ou sont tous les touristes ? On ne les voit nulle part. On se sent vraiment seuls au monde et privilégiés de l’être. On décide de finir la journée sur la plage du Sofitel. Il paraît que c’est un rendez-vous incontournable au coucher du soleil. On y croise par un heureux hasard Hélène et les filles qui se font un petit après midi plage. Ça tombe bien, je peux m’occuper de la plus jeune pour donner l’occasion à maman d’aller nager. Le coucher de soleil qui fait baigner l’île de Tahiti au loin dans des couleurs pastels, est doux et romantique.

Intercontinental Resort & Spa à Moorea
Intercontinental Resort & Spa à Moorea
Intercontinental Resort & Spa à Moorea
Intercontinental Resort & Spa à Moorea
Intercontinental Resort & Spa à Moorea
Intercontinental Resort & Spa à Moorea

Après cette longue journée bien remplie, personne ne tarde à aller se coucher. Le lendemain, c’est un réveil au petit matin pour tout le monde, y compris nous deux pour reprendre le ferry vers Tahiti. Nous avons eu la meilleure première expérience de couchsurfing avec des gens d’une générosité et d’une sincérité débordantes, qui on l’espère deviendront de bons amis. Merci Hubert et Hélène !

Après avoir visité Moore’a, on se rend compte qu’il n’est pas vraiment nécessaire de tant s’éloigner de Tahiti pour découvrir le paradis. Cette petite île a tous les atouts pour déloger Bora Bora de son piédestal: Un lagon d’une palette de bleu aussi diversifiée que ses fonds marins, des plages époustouflantes et accessibles, des montagnes mystérieuses, une infrastructure hôtelière diversifiées, des activités et des excursions inoubliables, et surtout des habitants authentiques, chaleureux et débordants de bonheur.

C’est ainsi que se termine notre découverte de la Polynésie française. Pour tous nos conseils sur comment profiter de la Polynésie à moindre coût, consultez mon article ICI.

Nous poursuivons ainsi notre exploration des îles du Pacifique avec comme prochaine destination… roulements de tambours… LE ROYAUME DE TONGA !

Bon vent les amis !

Polynesie francaise moorea tahiti

Polynesie francaise Moorea vue du ciel