Nous atterrissons à Tahiti après presque 4 mois de vadrouille en Amérique du sud. Première constatation. La Polynésie française, c’est français! ça veut dire pleins de bonnes choses. Premièrement, on peut enfin s’exprimer clairement sans gesticuler comme des marionettes en balbutiant un semblant d’espagnol indéchiffrable. Deuxièmement, les étagères du supermarché Champion du coin sont remplies de toutes sortes de fromages, de saucissons, de céréales, de salades, de pâtisseries et de baguettes françaises fraîchement sorties du four. Enfin du manger familier qui nous rappelle un peu notre doux chez nous. Il y a même du sirop d’érable « made in Canada ». Mike en a versé une larme. On dévalise le supermarché comme des affamés sortis du bois. Oui, une simple virée au supermarché, c’était bel et bien notre première activité à Tahiti.

kingdom-of-tonga-tongatapu-03761

Sur l’île de Tahiti, , nous avons choisis de loger dans une petite pension de famille dans la capitale du pays, Papeete. Notre vol de l’île de Pâque arrive très tard le soir, donc plus aucun transport en commun. Nous avons donc tout de suite eu un avant-goût du niveau de vie sur l’archipel polynésien en prenant le taxi le plus cher au monde. 50$ pour un trajet de 10 minutes de l’aéroport à notre pension 5km plus loin. Ça fait cher du kilomètre, non? Notre pension, le Faré suisse, est tenue par Beni, un expatrié suisse jeune entrepreneur aux 1000 métiers. En plus de tenir une pension, il gère une startup en nouvelles technologie, il produit et revend de la farine de Uru, arbre à pin, uniquement disponible à Tahiti, et il se cherche constamment d’autres projets. Ha oui, et il est aussi le consul suisse en Polynésie. Le Faré Suisse va devenir notre petit nid douillet à Tahiti et aussi notre quartier général lorsqu’on va aller explorer les autres îles.

Polynesie francaise papeete fare suisse

La ville de Papeete est l’antithèse de la carte postale typique des îles du Pacifique, avec un plan d’urbanisation assez anarchique, et des embouteillages surprenants pour une si petite ville et pour une si petite île. En traversant la ville, nous allons avoir nos premiers échanges avec les Tahitiens, d’une amabilité et d’une gentillesse débordantes. C’est un clash avec certaines régions de l’Amérique du sud ou nous étions traités comme de banal portefeuilles ambulants. Ici, on dirait que le temps avance au ralenti, ou qu’il s’arrête par moment, le stress est inexistant, l’appât de l’argent est dilué et le contact humain est sincère et profond. Ça y est, nous sommes chez les Bizounours!

On s’attarde au marché de Papeete qui est certainement l’endroit le plus authentique et le plus vivant de la ville, avec ses étalages de poissons et crustacés frais du lagon et les grosses prises du large, ses stands de production locale de fruits et légumes, ses palettes extraordinaires de fleurs tropicales aux couleurs et senteurs différentes méticuleusement arrangées dans des couronnes, des colliers et autres compositions éclatantes, ses échoppes d’artisanat local, et ses petits restaurants typiques pour une parfaite pause pittoresque du midi, et bien sûr l’huile sacré et précieuse du Monoi de Tahiti, vestige de la tradition Maohi, vendue à toutes les sauces. Le marché est vraiment une halte incontournable !

Polynesie francaise papeete 02262

Polynesie francaise papeete 02263

Notre passage à Papeete coïncide également avec le Heiva, une célébration annuelle de la culture polynésienne, avec des démonstrations de sports traditionnels, des expositions artisanales, et des spectacles et compétitions de danse, de musique et de chant. Nous sommes juste à temps pour la dernière représentation de danse du Heiva 2014 avec quatre des groupes finalistes. Nous sommes restés bouche-bée devant les déhanchements étourdissants, diaboliques et sensuels des vahinés (les femmes) et les mouvements virils et tout aussi hypnotisants des tannés (les hommes), sur les rythmes effrénés d’instruments de percussions en tout genre. Les danses sont méticuleusement choréographiées pour raconter une histoire ou une légende ancestrale qui illustre au mieux la culture de l’île que chaque groupe représente. les costumes exotiques mélangeant des tissus et des matières végétales sont dignes des plus prestigieux défilés de mode. Malheureusement, il n’est pas autorisé de prendre de photos ou de filmer l’événement donc je me contente cette fois de partager avec vous quelques photos du net et une petite vidéo que vous trouverez certainement très divertissante.

Heiva a tahiti

Nous sommes à Tahiti. Après quelques jours de répit et de bonne bouffe, nous sommes prêts à nous retrouver dans le décor idyllique de ces plages paradisiaques qu’on utilisait comme fonds d’écrans sur nos ordis de bureau, afin de s’échapper de la dure réalité de l’hiver canadien, le temps d’une brève rêverie, entre deux meetings. Est ce que ces endroits parfait existent vraiment? Peut-être que ce sont juste des photos abusivement photoshoppées, ou pire, des images de synthèse fabriquées de toutes pièces par un artiste surdoué? La réponse ne saurait trop tarder. Direction: Bora Bora! T’embarques ?

Polynesie francaise bora bora avion

Nos bons plan à Tahiti

  • Loger dans une pension de famille: Voici mon review du Faré Suisse, la petite pension de famille qui est devenu notre quartier général à Papeete sur TripAdvisor.
  • Assister au Heiva: Ça se passe en Juillet chaque année et ça vaut largement la peine de synchroniser son voyage avec les festivités.
  • Faire une virée au LavaTube: Nous n’avons malheureusement pas eu l’opportunité d’y aller nous même faute de temps et de budget, mais nous avons rencontrés plusieurs voyageurs qui nous ont recommandés cette activité pour les aventuriers et les amateurs d’adrénaline. Il s’agit d’une journée de trek avec un peu de spéléo dans des grottes naturelles creusées dans la lave volcanique, traversées par une rivière. Sensations fortes garanties.